AUDIT DE LA DETTE INTÉRIEURE : PRÈS DE 250 MILLIARDS DE FACTURATION FANTAISISTE MISE À NU

C’est une véritable mafia doublée d’une entreprise de détournement de fonds et de pillage du Trésor Public gabonais que la Task Force multidisciplinaire sur la dette intérieure est entrain de mettre à nue 

Lors de sa dernière audition qui consistait au passage en revue et à la vérification de la cohérence entre les créances de l’Etat et les prestations supposées, la Task Force sur la dette intérieure a pu se rendre compte que plusieurs prestations facturées à l’Etat n’avaient jamais été effectué, on parle de 241 milliards sur un total de 370 milliards de FCFA

Les visites sur le terrain ont permis de mettre à jour un certain nombre de facturations fantaisistes, à l’exemple de ce cabinet d’architecture à qui l’Etat devait 7 milliards de Francs CFA pour la simple réalisation des plans d’une infrastructure publique, ou cette encore cette “dette” de 100 milliards de FCFA pour du mobilier scolaire qui n’a jamais été livré. 

Les experts de la Task Force composée des cadres du Trésor Public, et des administrations fiscales, de l’agence judiciaire de l’Etat et du parquet de la République ont pu constater qu’environ 90% des marchés mis en cause ont été passé de gré à gré, malgré les dispositions du code des marchés publics et du rapport du 26 juin 2019. 

Visite du coordinateur des affaires présidentielles à la Task Force

Ce rapport remis au Premier ministre Julien Nkoghé Békalé avait mis en évidence la forte propension des administrateurs de crédits pour la passation des marchés publics hors des procédures transparentes. Une tactique qui autorise de nombreux abus scandaleux à l’exemple de cette entreprise individuelle dont le capital social n’excède pas la somme de 1 million de Francs CFA qui a pu acquérir des marchés d’une dizaine de milliards de francs FCFA  en toute violation des règles sur les passations des marchés publics et avec la bienveillance de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP).

Mis devant le fait accompli et dans l’incapacité de justifier la nature de leurs créances, plusieurs entreprises épinglées, ont tout simplement renoncée à cette action frauduleuse de recouvrement.

Face au travail exceptionnel abattu par la Task Force sur la dette intérieur, qui est une volonté du chef de l’Etat, plusieurs questions se posent : qui sont les responsables de ce pillage et à quand les sanctions pénales contre les chefs d’entreprises mises en cause ?

La passation des marchés publics de gré à gré est un mal qui ronge les finances publiques gabonaises depuis des années. L’objectif de la Task Force en plus d’assainir le fichier des créances de l’Etat est aussi de permettre la célérité dans le règlement des véritables créances. Avec toutes ces révélations, les travaux de la Task Force n’ont pas fini de surprendre l’opinion publique avec leurs lots de découverte iniques. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat