LITTÉRATURE : « LE LIVRE GABONAIS SE PORTE BIEN », SELON LA PRÉSIDENTE DE L’UNION DES ÉCRIVAINS GABONAIS.

Dans une interview accordée à la rédaction de Medias241, le 14 octobre, la présidente de l’Union des écrivains gabonais Pulchérie Abeme Nkoghe est revenue en long et en large sur le patrimoine littéraire gabonais.

Contrairement aux années précédentes, le livre gabonais connait aujourd’hui un essor particulier avec plus de 80% de présence dans les programmes scolaires au niveau national.
Une belle prouesse saluée par l’Union des écrivains gabonais (Udeg) qui ambitionne véritablement d’inculquer une culture du livre au Gabon, ce malgré les nombreuses difficultés que connait encore ce secteur.

Selon la présidente de l’Udeg, « le livre gabonais se porte bien », car aucun mois ne passe sans que le Gabon n’enregistre une publication littéraire aussi bien au niveau national qu’international.
Aussi, « aujourd’hui le livre gabonais est florissant, les auteurs publient, nous sommes à plus d’une centaine de livres par mois. D’ailleurs, nous avons beaucoup de manuscrit en attente de publication, mais ce problème est en train d’être résolu car au niveau national nous avons plusieurs maisons d’édition et l’Union des écrivains gabonais a mis également en place une maison d’édition pour faciliter la publication », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, le Gabon à travers son patrimoine littéraire est l’invité d’honneur à la prochaine journée de l’écrivain africain au Sénégal.
« L’Udeg travaille aujourd’hui à ce que l’écrivain gabonais soit connu aussi bien au niveau national et qu’à l’international. Cette invitation est une reconnaissance et prouve que notre littérature se porte bien et qu’elle est pleine d’avenir », a conclu présidente de l’Union des écrivains gabonais Pulchérie Abeme Nkoghe.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat