EDSON MVOU: « GABON OIL MARKETING EST UNE ENTREPRISE ENDETTÉE»

EXCLUSIF – Dans un entretien accordé à Medias241, le directeur général de Gabon Oil Marketing revient sur les raisons de la dissolution de l’entreprise qu’il dirige.

Siège de Gabon. Oil Marketing au quartier ” Saoti”

Medias241 : Monsieur le Directeur Général, en décembre 2019 vous êtes porté à la tête de Gabon Oil Marketing (GOM) alors que vos prédécesseurs sont présumés coupables de nombreuses manipulations, quelle est la situation de la GOM à votre arrivée ?

Je voudrais d’abord vous remercier de me donner l’opportunité de porter la parole de la Direction Générale de la GOM dans le contexte actuel. Contexte évidemment marqué par la décision du Conseil des Ministres du 14 août dernier qui autorise la dissolution de notre société et de certaines de ses filiales. Pour revenir à votre question, je voudrai indiquer qu’à mon arrivée à la tête de la GOM ; j’ai trouvé une situation financière et opérationnelle très préoccupante. 

Les différents audits diligentés par le Groupe et l’Administration ont mis en évidence des importantes dérives de gouvernance sur les précédents exercices (2019, 2018) qui ont créé une situation d’endettement hors de proportion et qui n’était pas en ligne avec la capacité réelle de l’entreprise à résorber lesdites dettes. 

Certaines opérations de la société n’étaient pas en adéquation avec son objet social et donc le chiffre d’affaire généré par l’activité couvrait certaines dépenses non essentielles en tout cas, pas du tout en rapport avec les fonctions principales de l’entreprise.

   
Medias241 : Comment avez-vous pu maintenir à flots lentreprise malgré le constat que vous avez précédemment dressé ?

La première tâche a consisté à ramener la société dans un fonctionnement orienté vers son métier de base c’est-à-dire, le trading des produits pétroliers et la commercialisation de la production de la raffinerie. Cette démarche a été rendue possible grâce au soutien de l’Etat vers le milieu de l’année 2019 qui s’était substitué à la GOM pour résorber la dette générée par cette société vis-à-vis de la SOGARA.

Nous avons aussi procédé à une réduction drastique de l’ensemble des dépenses de fonctionnement et les avons diminuées avec mon équipe en 2020 à près de 80% par rapport au niveau de réalisation des années 2019 et 2018. Enfin, nous avons arrêté beaucoup de contrats toxiques qui obéraient les finances de l’entreprise.  

Medias241 : Quelles ont été les principales difficultés que vous avez rencontrées ?

L’une des difficultés est restée incontestablement une mauvaise connaissance de l’activité par les contres partie et même les équipes.  Le fait de générer des milliards de chiffre d’affaire faisait croire à tout le monde que l’activité était très rentable ; or les opérations de négoce et d’approvisionnement qui sont parfois complexes génèrent des marges très faibles dues à un environnement d’extrême volatilité des prix.

Malheureusement ces subtilités ont probablement échappé aux différents acteurs qui ont peut-être pensé que la GOM est une entreprise comparable à celles qui opèrent dans l’amont pétrolier.  

L’autre difficulté reste sans conteste la pandémie de la COVID 19 qui a ébranlé toute l’économie mondiale pendant plus de six mois. La GOM a été très affectée, en plus de la baisse des consommations des produits pétroliers, cette crise a déprécié la valeur de la plupart des stocks de carburant acquis par les sociétés de distribution accentuant ainsi l’exposition et les pertes subies par ces dernières pendant cette période.

Grâce encore à l’Etat, nous avons traversé cette période sans trop de casse. 

Medias241 : Lors du Conseil des ministres du 14 août 2020 le Gouvernement a entériné la dissolution de Gabon Oil Marketing ainsi que celle de plusieurs autres filiales du groupe, ce scénario était-il inenvisageable ?

Soyons clair ; le scénario de la dissolution était non seulement envisageable mais il était déjà acté en interne pour certaines filiales de la GOM.

Lorsqu’une société présente une situation du bilan avec des capitaux propres négatifs et un endettement important et cumulé sur plusieurs années, et lorsqu’on a des raisons de penser que le fonctionnement des prochaines années même en opérant normalement ne permettra pas de résorber ses dettes, les actionnaires peuvent être fondés à dissoudre l’entreprise ; c’est ce qui s’est passé avec la GOM.

Medias241: Malgré certains préjugés, Gabon Oil Marketing est une entreprise très endettée, et cela, même auprès de ladministration fiscale. Comment expliquez-vous que vos prédécesseurs ont pu soustraire GOM à ses obligations ?

En effet, la GOM est une entreprise très endettée. 

En effet, la GOM est une entreprise très endettée.  En ne prenant que l’exemple de l’Administration Douanière, à qui nous devons près de 20 milliards de francs CFA cumulé sur les années précédant l’année 2020, mon équipe et moi avions commencé à résorber cette dette mais les difficultés précédemment évoquées (Covid19) n’ont malheureusement pas permis de soutenir cet effort pour le reste de l’année.

Néanmoins, pour l’année 2020, nous avons pu mettre en place un mécanisme technique qui fonctionne avec la Direction Générale des Douanes et la Commission Nationale des Prix des Produits Pétroliers et permet de collecter régulièrement cette ressource pour le bénéfice des finances publiques. 

En ce qui concerne le deuxième volet de votre question, je dirai que je n’étais pas à leur place et ne saurais expliquer leurs difficultés. Je m’interroge aussi.

Medias241 : Les choix stratégiques des gouvernances précédentes, ont-ils conduit à cette inévitable dissolution ?

Nos prédécesseurs ont opéré des choix de management qui ont montré leur limite et n’ont probablement pas aussi échappé à la difficulté qui consistait de confondre le chiffre d’affaire à la marge commerciale de ce type d’entreprise. N’oublions pas que la GOM dans la formule en vigueur avant 2020 n’était même pas dotée d’un Conseil d’Administration qui pouvait contrôler l’action de la Direction Générale.

Les choix de gouvernance stratégique précédant ont créé l’endettement et l’impossibilité de reconstituer les capitaux propres de l’entreprise.  A cet égard, c’est bien principalement pour cette raison que les autorités ont été contraintes de dissoudre la GOM.

  Medias241 : La situation que vous dressez de lentreprise apporte du crédit à la décision du gouvernement, vos partenaires sociaux sont-ils sont au même niveau dinformation ?

La décision du gouvernement aurait été prise par tout actionnaire à sa place. J’ai au cours de mes échanges avec nos partenaires sociaux insisté sur cette information importante qui limitait nos marges de manœuvre dans les négociations que nous entamions.  

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat