GABON : LE CESE TIENT SA 1ÈRE SESSION ORDINAIRE DE L’ANNÉE 2021

Ce 16 février 2021, s’est ouverte la première session ordinaire du Conseil économique, social et environnemental de l’année. Une occasion pour le président de cette institution, René Ndemezo’ Obiang de saluer les efforts consentis par le gouvernement en matière de lutte contre la Covid-19 mais également traduire le satisfecit de l’institution suite à la modernisation de la Constitution qui selon lui, n’est autre qu’une avancée considérable en faveur de  démocratie.

Conformément à l’article 99 de la Constitution de la République gabonaise qui stipule que le Conseil économique, social et environnemental se réunit chaque année de plein droit en deux sessions ordinaires de 21 jours chacune. La première session s’ouvre le 3ème mardi du mois de février et la seconde, le 1er mardi de septembre, le CESE  a procédé ce jour à l’ouverture de sa 1ère session.

Une occasion pour le président de cette institution de saluer les efforts accomplis et les décisions prises par le gouvernement en matière de riposte contre la pandémie covid-19.
« Rassurez-vous, le Conseil par ma voix, vous exprime son total soutien et vous invite à tout mettre en œuvre pour un retour à la normale dans les meilleurs délais. Nous encourageons le gouvernement, à persévérer dans son effort pour appliquer et mettre résolument en œuvre toutes les mesures destinées à éradiquer ce fléau », a indiqué René Ndémezo’ Obiang en s’adressant au Premier ministre.

Aussi, le patron du CESE n’a pas manqué de saluer la révision de la constitution initiée par le Chef de l’État Ali Bongo Ondimba relative à l’exercice du président de la République  en cas de vacance de pouvoir ou d’empêchement définitif de son titulaire. Selon lui, cette modernisation est une avancée considérable en faveur de notre démocratie.

Par ailleurs, le président de l’Institution, a indiqué que le rapport de terrain de la mission sur le conflit homme faune sauvage au Gabon du CESE dans les 09 provinces du pays mettant en exergue les ravages causés par les animaux dans les plantations sera présenté à Ali Bongo Ondimba dans les prochains jours, ainsi qu’aux deux chambres du parlement afin que des solutions soient trouvées à cette situation.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.