GABON : L’ETAT LAÏC DOIT-IL SUBVENTIONNER L’ENSEIGNEMENT RELIGIEUX ?

Le dernier conclave tenu par l’Eglise gabonaise dont la perte de vitesse devant d’autres cultes est plus en plus  flagrante a été l’occasion pour les dirigeants de l’Eglise Catholique Gabonaise de soulever la question de la subvention des établissement d’enseignement privés catholiques par l’Etat.

Ces établissements dont la reconnaissance de l’utilité publique par l’Etat ne peut pas être remise en question ne bénéficieraient plus de la subvention liée à cette reconnaissance  depuis 6 ans selon les propos de l’Inspecteur central de la direction de l’Enseignement catholique, Jean Michel Pendi. Une subvention qui est transformée au fil du temps en une sorte de budget de fonctionnement, à qui la faute si ce n’est au promoteur c’est à dire l’Eglise catholique.

Jean Michel Pendi regrette aussi les 2 ans d’impayés des élèves orientés en 6ème par les autorités publiques. Démunie, la direction nationale de l’enseignement catholique en appelle à la bienveillance de l’Etat faisant fi de la séparation entre l’Eglise et l’Etat pourtant brandi il y a quelques semaines alors que des religieux de premiers plans s’étaient transformés en activistes politiques.

A l’époque ce discours de défiance  à contre-courant de celui des autorités vaticanes n’avait pas empêché les prélats de faire la tournée des médias durant cette semaine fatidique du 25 octobre 2020. Une fracture qu’aucune messe d’action de grâce demandée par quelques ministres en weekend ne saurait refermer.

Il sont nombreux bien que catholiques à ne pas avoir approuver la méthode de leurs guides religieux envers l’Etat. 

L’Etat qui a suspendu  «  sans explications » la subvention aux établissements privés catholiques serait-il dans le droit s’il la reconduisait en l’état ? Ne favoriserait-il pas une inégalité qui fait des écoles catholiques des supers bénéficiaires de la puissance au détriment d’autres écoles religieuses ?   Quid du financement des écoles coraniques dont l’apport dans l’éducation des enfants gabonais est incontestable, et les écoles de Bwiti dans laquelle on forme l’élite des Nganga à moins que l’Etat gabonais bien que Laïc ne soit soumis à une hiérarchisation des religions ce système de subvention mériterait à être revu afin de mettre fin à un deux poids deux mesures pas très catholique. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.