GABON : NOUREDDIN BONGO VALENTIN REVENDIQUE UNE CULTURE DU RÉSULTAT

Dans une interview accordée au site Agence Ecofin, Noureddin Bongo Valentin a donné des précisions sur sa fonction de Coordinateur général des affaires présidentielles. Selon lui, il assiste le Président dans la conduite de ses missions, veille à ce que ses directives soient bien exécutées et en assure le suivi. Aussi, il revendique une culture du résultat « Les Gabonaises et les Gabonais me jugeront sur les résultats, sur les améliorations significatives apportées à leur quotidien et non sur un délit de patronyme que certains, en manque d’arguments, agitent de manière pavlovienne.», a-t-il indiqué.

Nommé Coordinateur général des affaires présidentielles depuis décembre 2019, Noureddin Bongo Valentin, assure que sa fonction est « très technique », et non politique. Il n’est autre qu’un exécutant au service du chef de l’État. À ce titre, il s’assure de l’exécution et du suivi des directives données par le Président de la république.
Selon lui, son management de la conduite des affaires publiques est basé dur l’efficacité. « Il ne s’agit pas de « faire pour faire » mais de faire pour réellement, positivement et rapidement changer les choses. C’est à cela que doit servir le pouvoir.», a-t-il indiqué.

En effet, le coordinateur des affaires présidentielles veut insuffler une nouvelle dynamique de travail, donner désormais une nouvelle manière de gérer notamment, la commande publique au Gabon. D’ailleurs celle-ci s’est illustrée par la mise en place de la Taskforce sur la dette intérieure dont les résultats sont plus que parlant.

« Sur les 1030 milliards de francs CFA de dette intérieure audités, 623 milliards se sont révélés fictifs, soit un ratio de 62 %. Autant d’argent qui n’aurait pas servi à financer nos dépenses d’investissement ou nos dépenses sociales.»

Par ailleurs, Noureddin Bongo Valentin assure que des nouvelles architectures ont été mise en place pour garantir le bon usage des fonds publics avec le renforcement de la Direction générale des marchés publics ou encore la création de l’Autorité Nationale de Vérification et d’Audit.
« Les procédures en matière de commande publique ont, elles, été durcies et la transparence renforcée à toutes les étapes », a-t-il conclu.

Raïssa Moubecka

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x