MAIRIE DE LIBREVILLE : MALGRÉ LE DÉPART DE LÉANDRE ZUE LES SCANDALES CONTINUENT

Mis à jour la semaine dernière par le journal l’Union, l’accroissement de plus 1975 agents en deux jours des effectifs de la mairie de Libreville montre qu’au sein de la première institution municipale du Gabon les hommes passent mais le système mafieux résiste 

Lancé  par Serge William Akassaga, maire intérimaire, cet audit visait à créer les conditions de la transparence entre les effectifs réels et la masse salariale de la mairie de Libreville. Pour rappel, cette dernière est de 21 milliards de FCFA  pour l’exercice en cours soit près de 83% du budget total de la mairie. Une aberration à laquelle le départ forcé de l’ancien maire Léandre Zué n’a pas mis fin. 

Au contraire, malgré les conditions rocambolesque du départ de son prédécesseur, les effectifs de la mairie ont fait un bond prodigieux passant de 2230 selon un premier rapport à 3345 au lendemain de la prise de fonction du maire Eugène MBA

Selon certains responsables municipaux joints par téléphone ce gap s’expliquerait par le recensement rapide de 1975 employés municipaux se serait fait recenser en 2 jours. Le budget primitif 2020 de la mairie de Libreville avait été disséqué par la presse nationale qui en avait sorti des bizarreries incohérentes avec les pratiques de bonne gouvernance prônées par les plus hautes autorités gabonaises. Des pratiques auxquelles la nouvelle gouvernance de la mairie de Libreville semble ne pas vouloir toucher.

La pratique consistant à gonfler les effectifs des agents d’une administration est vieille dans l’administration publique où corruption et détournement de fonds sont érigés en sport national, à la mairie de Libreville les chiffres donnent l’impression que l’équipe se prépare pour les prochaines jeux olympiques.

Dossier à suivre 

Leave a Reply

Your email address will not be published.