MALI : LE SOUTIEN DE LA FRANCE AUX PUTSCHISTE TCHADIENS FAIT DES ÉMULES A BAMAKO

« Nouveau putsch au Mali. Le blanc-seing au Tchad donne des idées à d’autres. Le Mali humilié. La France ensablée » a déclaré Jean Luc Mélenchon, principal opposant au régime français après l’annonce d’un énième coup d’Etat des militaires maliens.

En effet dans la journée du lundi 24 mai, le Président de la transition et son Premier ministre ont été conduits sous la contrainte par des soldats dans un camp militaire afin qu’ils réexaminent la composition du nouveau gouvernement qui ne faisait pas la part belle aux militaires maliens.

La situation était encore confuse ce mardi matin, les deux personnalités seraient toujours au camp militaire de Kati sans leurs chauffeurs et leurs sécurités qui ont été renvoyé à Bamako. La « communauté internationale » a exigé la libération des deux dirigeants en vain.

« Le président et le Premier ministre sont ici à Kati pour des affaires les concernant » a déclaré un haut responsable militaire s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

S’exprimant sur France 24, un media gouvernemental français,  Bassirou Ben Doumbia, analyste politique, pense que les « évènements de lundi sont liées à l’absence de communication entre le gouvernement de transition et l’armée. « La junte n’a pas été consultée lors de la démission ni lors de la reconduction du Premier ministre » avant de rajouter que « Le président de la transition fonde la légitimité de son pouvoir sur les militaires, ce sont eux qui l’ont mis au pouvoir. Le fait de ne pas les consulter et de retirer certains poids lourds du gouvernement peut paraître comme une sorte de trahison des militaires », juge l’analyste.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x