PRÉSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT : UNE PRIORITÉ AU GABON

Le 24 septembre 2020, le ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan climat et du Plan d’affectation des terres, Lee White, a pris part à la table ronde organisée par le PNUD sur la thématique de la « la nature pour la santé et la sécurité : assurer la santé et la sécurité et prévenir les pandémies ».

Les questions d’environnement et de sa protection demeurent au centre de toutes les préoccupations actuelles. C’est dans cette logique que s’inscrit la table ronde organisée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
Il s’est agi pour les différents acteurs engagés dans la préservation de la nature d’élaborer une stratégie globale en insistant sur l’approche « un monde, une seule santé » afin de minimiser l’impact global des maladies zoonoses, des maladies et les infections qui peuvent être transmises de l’animal à l’homme de manière directe ou indirecte.

A cet effet, le ministre Lee WHITE a rappelé l’engagement et le leadership des autorités gabonaises dans la préservation de la biodiversité.

« Le Gabon s’est fortement investi dans la protection des écosystèmes marin et terrestre avec notamment la création de 9 parcs marins, 11 réserves aquatiques et 13 parcs nationaux. Aujourd’hui, 28 % des divers écosystèmes marins du Gabon sont consacrés à la conservation et 21% de nos écosystèmes terrestres sont protégés. C’est dans ce cadre que notre pays adhère à l’urgence de préserver 30% des Terres et 30% des Océans à l’horizon 2030 » a indiqué le ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des terres, Lee WHITE.

Aussi, « Les récentes catastrophes naturelles que nous avons connues et à présent, la pandémie de Covid-19, sont quelques-uns des signaux de plus en plus alarmants que la nature nous envoie depuis des années. Notre travail est aujourd’hui plus pertinent que jamais en raison des liens entre la santé humaine et celle des écosystèmes si nous voulons construire un monde durable » a-t-il conclu.

Raïssa MOUBECKA

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat