SOCIÉTÉ : ÉCLAIRAGES SUR LE MUR DE LA DISCORDE DU QUARTIER OLOUMI

La construction d’un mur en briques en plein milieu d’une voie reliant les quartiers Awendje et Oloumi, zone industrielle, par un opérateur économique a récemment fait jaser dans la presse. Si sur la forme l’affaire laisse penser à un abus, dans le fond, ce dernier n’aurait fait que faire valoir ses droits, comme indiqué par l’Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC)

Le propriétaire de la parcelle, un certain W, opérateur économique, auraient fait érigé ce mur en riposte à la construction et au passage abusif de tiers sur sa propriété privée. En effet, cette voie, devenue publique par la force des choses a été bâtie sur une propriété privée dont monsieur W détient le titre foncier dûment délivré par les autorités gabonaises. Une information vérifiée auprès des services compétents du cadastre.

La construction anarchique de cette voie serait le fait d’un opérateur économique libanais. Mis e cause, ce dernier aurait choisi de médiatiser cette affaire au mépris de la vérité des faits. D’ailleurs une récente procédure judiciaire entre les deux parties s’était soldée par un ordre de cessation de trouble contre la construction de la route illégale. C’est ce qu’atteste, une copie de la décision de justice obtenue par notre rédaction.

Pour rappelle, il y a quelques années, la construction anarchique d’une route au quartier la campagne dans le 2nd arrondissement avait valu des problèmes à l’homme d’affaires Malien Seydou Kane.

Alors, la sortie de certains confrères, motivées ou non pose encore une fois la problématique de la déontologie dans l’espace médiatique gabonais, tant sur cette affaire les faits sont claires : le mur est sur une propriété privée.