Medias241.com-GABON- GABON : L’ANPN MET EN LUMIÈRE LE FLÉAU DE L’ORPAILLAGE ILLÉGAL

La mission “Wasabi”, menée la semaine dernière durant plusieurs jours par l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), via sa direction technique (DT), dans le parc national du Mont de Cristal a permis de mettre la main sur 35 trafiquants illégaux d’or.

Ces trafiquants sont majoritairement des ressortissants camerounais selon un décompte fait par l’ANPN. “La majorité écrasante des orpailleurs appréhendés sont des expatriés, notamment des sujets camerounais et quelques nationalités disparates, dont des burkinabés et quelques gabonais.”, a fait remarquer le Colonel Okoye Lengou, Conservateur du Parc nationale de Mwagna-Mwagna.

Ce coup de filet, comme c’est souvent le cas lors de ce genre de mission, a permis également la saisie de matériel dont des motopompes, des fusils de chasse et de l’or extrait prêt à la commercialisation. En effet, sur les différents où la mission de l’ANPN s’est déployée, les trafiquants se livraient également à l’activité de chasse.

Depuis plusieurs années, si les zones locales dédiées à la conservation sont le théâtre de trafics illégaux multiformes, en l’occurrence ceux d’or et d’espèces fauniques, l’invasion des ressortissants des pays voisins dans la forêts gabonaises n’est pas sans conséquence pour l’équilibre et le maintien de la biodiversité.

Comme ce fut le cas lors d’une mission menée en mai dernier dans les sites de Minkébé, Bakoudou et Moyabi, cette invasion participe à la dégradation de la biodiversité des sites sélectionnés par les orpailleurs et constitue une véritable menace pour la sécurité intérieure. C’est la position mise en avant durant cette mission par le directeur technique adjoint (DT) de l’ANPN.

“On peut constater de nombreux dégâts écologiques. Si vous observez bien vous allez constater que même le lit de la rivière a été modifié et cela à des impacts sur plusieurs espèces de la flore mais également de la faune qui y vit. On voit donc quels sont les impacts dommageables sur l’environnement causés par l’exploitation illégale d’or”, a conclu le directeur technique adjoint de l’ANPN non sans mettre en avant la porosité des frontières gabonaises.

Michaël Moukouangui Moukala