SOCIÉTÉ: GUY CHRISTIAN MAVIOGA LIMOGÉ DE PIZOLUB

Depuis le début de la semaine, des voix s’élèvent du côté de Port-Gentil pour réclamer la tête de Guy Christian Mavioga directeur de Pizolub. Absent de son poste depuis le mois de juillet selon certains salariés, Guy Christian Mavioga a été démis de ses fonctions par le Conseil des ministres du 20 novembre 2020.

Les griefs prononcés contre le désormais ancien directeur de la société de fabrication de lubrifiants (Pizolub) étaient nombreux. On parle du  recrutement des membres de sa famille ( son épouse et son fils) à celui de près de 170 agents essentiellement membres de l’église de son épouse en passant par un endettement insoutenable qui aurait été facilité par le cabinet d’audit PriceWhaterHouseCoopers, la liste est longue. Accusé d’être un piètre manager par ses plus proches collaborateurs, le bilan de Guy Christian Mavioga n’a pas plaidé pour lui. 

La situation financière chaotique de Pizolub était pourtant au cœur de plusieurs échanges entre le directeur général et les autorités du ministère du Pétrole. Après la saisie des comptes de l’entreprise le 17 août par la tutelle une lueur d’espoir semblait pointer à l’horizon avant que la grogne ne prenne un tournant décisif cette semaine. Les déclarations de l’épouse du directeur général souhaitant « prêcher la bonne parole » aux salariés qui réclamaient le paiement de sept mois d’arriérés de salaire n’ont pas particulièrement été appréciées par ses derniers. 

S’il se défend par médias interposés d’avoir trouvé Pizolub en arrivant à Pizolub une situation économique préoccupante, ses anciens collaborateurs, qui entament leur septième mois sans salaire, tiennent mordicus et rétorquent, pour eux, c’est le manque d’expérience, la politisation et la « christianisation » de leur outil de travail par le couple Mavioga est sont les causes principales causes de la quasi-faillite de cette entreprise.

Avec le départ de Guy Christian Mavioga, le gouvernement est mis devant ses responsabilités quant au futur de cette entreprise et son positionnement commercial. En effet, pour certains observateurs, les problèmes de Pizolub ne sont pas exclusivement le fait de la gestion hasardeuse de Guy Chrisitian Mavioga, ces derniers estimant que l’Etat devra donner à Pizolub les moyens de son ambition et faire preuve de plus de protectionnisme dans un marché de la vente des produits pétroliers ultra concurrentiel.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat