VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE : DES ARMES BLANCHES ET DES DROGUES SAISIES DANS LES ÉTABLISSEMENTS

Phénomène en vogue depuis ces dernières années, les violences en milieu scolaire ne cessent d’être au centre des préoccupations du ministère chargé de l’Éducation, au regard de la recrudescence des cas.  Du 09 novembre 2020 à ce jour, la tutelle constate la présence d’ objets prohibés au sein des établissements, notamment, des armes blanches et des drogues saisies. Conformément à ses missions et engagements, le ministère envisage donc des sanctions légales à l’encontre des indélicats et entend tout mettre en œuvre pour endiguer le phénomène.

« Le ministère en charge de l’éducation nationale tient à informer la communauté éducative sur sa détermination à sévir légalement contre ces dérapages préoccupants qui menacent le climat social et la conduite paisible de l’année académique jusqu’à son terme. C’est pourquoi, les actions déjà mises en place vont s’intensifier dans les établissements scolaires », indique le communiqué.

Par cette adresse, le ministère en charge de l’Éducation nationale entend durcir les mesures en vue d’éradiquer, freiner ce fléau qui semble s’enliser au sein du système éducatif gabonais.
En effet, la violence en milieu scolaire est un problème mondial dont les conséquences sont préjudiciables aux enfants, mais aussi à l’ensemble de la société. Depuis la reprise des classes le 09 novembre dernier, la tutelle avait progressivement déployé des auxiliaires de sécurité dans les différents établissements pour pallier ce phénomène.

Le ministère constate pour le déplorer « l’attitude de certains élèves qui continuent à se présenter en milieu scolaire avec des objets et produits prohibés, à l’exemple des armes blanches (couteaux, ciseaux à bouts pointus, tournevis et crochets), et des drogues (chanvres cannabis et tramadol et des bouteilles d’alcool ».

Face à la recrudescence alarmante de la violence en milieu scolaire, le ministère envisage d’intensifier les actions, mais avant tout maintenir et renforcer la fouille systématique des élèves avant tout accès à leur établissement, la saisie de tout objet dangereux pouvant être utilisé comme arme blanche, exclusion définitive pour tout flagrant délit, et possibilité de comparution devant les autorités judiciaires.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.