ZES DE NKOK : LE RAS-LE-BOL DES TRAVAILLEURS

Le secrétaire général de la Confédération gabonaise des syndicats libres (CGSL) Jean Claude Bekale, a récemment dénoncé les conditions de travail précaires des travailleurs de la Zone économique spéciale de Nkok. Selon lui, ils n’ont ni contrat de travail ni sécurité sociale.

Dans le cadre de la présentation des vœux à l’exécutif, la Confédération gabonaise des syndicats libres (CGSL) a interpellé le Président de la République Ali Bongo Ondimba et son gouvernement sur le traitement subi par la majorité des travailleurs de la zone économique de Nkok.

Selon l’organisation, les conditions de travail sont précaires, les travailleurs n’ont ni contrats, ni couverture sociale. « Beaucoup des entreprises qui y sont installées ne respectent pas encore les droits fondamentaux des travailleurs. Plusieurs d’entre eux ne disposent toujours pas des équipements de protection individuelle en violation du décret 1494 déterminant les règles d’hygiène et de sécurité sur les lieux de travail. Ces préoccupations légitimes des organisations syndicales des travailleurs, méritent des solutions urgentes et concrètes au cours de cette année, dans un dialogue social franc, direct et constructif », a indiqué Jean Claude Bekale.


Autant de revendications que la CGSL dénonce et souhaite voir être résolues dans la Zone économique spéciale de Nkok.

Par ailleurs, le secrétaire du CGLC, Jean Claude Bekale n’a pas manqué de souligner les efforts consentis par l’actuel administrateur général de la Zerp de Nkok, Anne Nkene Biyo’o, et son équipe qui entre autres travaillent pour l’amélioration des conditions.

Raïssa Moubecka

Leave a Reply

Your email address will not be published.