spot_img

Bruno Ben Moubamba demande pardon au «peuple gabonais et à la mère patrie»

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-Agenouillé devant le drapeau vert, jaune et bleu, Bruno Ben Moubamba a demandé ce 11 Août 2018 pardon au «peuple gabonais et à la mère patrie», pour ses «erreurs et fautes» commises en tant qu’acteur politique et être humain. Le mea culpa du président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR), s’est fait au cours d’un point de presse tenu ce jour au siège de son parti sis à Awendjé (3e Arr. de Libreville)

«C’est en pardonnant que l’on obtient le pardon et c’est en s’oubliant que l’on se retrouve soi-même, disait Saint François d’Assise. Aujourd’hui, le 11 Août 2018, je m’adresse à vous en vérité et dans la paix du cœur. A vous qui recevez cet acte de repentance, de façon collective ou individuelle, je vous demande pardon. Ce pardon, je vous le demande en âme et en conscience du plus profond de mon cœur avec une sincérité sans partage et ni masque», a-t-il déclaré.

Une semaine après avoir été conspué et humilié pour avoir voulu prendre part, à l’assemblée générale de prise de décisions de Dynamique unitaire qu’il dit soutenir malgré tout, l’acte de repentance du président de l’ACR doit être apprécié, selon lui, comme «une retraite intérieure dans la demeure de son être physiologique et non pas comme une imitation de qui que ce soit».

«Je remercie d’avance, pour ceux qui sont disposés, à m’accueillir dans leurs cœurs en m’accordant leur pardon et à me considérer comme un frère et un ami, à la recherche de la vérité. Par avance, je comprends celles et ceux dont les cœurs ne s’ouvriront pas d’un coup par cet acte de repentance. Prenez votre temps! Peut-être que j’ai été aveugle ou même idiot un temps soi peu, mais, chacun connait cette maxime : «Seuls les idiots ne changent pas!», a-t-il poursuivi.

Opposant visiblement «incompris» BBM (comme l’appellent affectueusement ses proches) s’est engagé depuis 1999 dans un processus d’«aider» le Gabon dans son mouvement de démocratisation, comme acteur de la société civile et politique. Alors que nombreux s’interrogent sur certains actes posés par l’ancien Vice-premier Ministre, lui-même avoue «ne savoir répondre exactement à cette question, en admettant que seul Dieu connait les raisons profondes des agissements des uns et des autres».

«Je suis parfaitement conscient qu’il existe un malentendu que mes actions n’ont pas toujours été bien interprétées par simple passion ou effet de masse. Je ne viens non plus avec l’intention de mendier l’affection ou l’amour des uns et des autres, je le fais juste, pour partager ce que me dicte mon âme. Tout ceci pour dire que parfois nous sommes animés par le désir de bien faire, alors que nous agissons mal en réalité. Je pense que toute réussite passe aussi par des échecs, des erreurs et la vie politique reste un chemin que personne ne peut réussir sans erreurs», rappelle-t-il.

Reconnaissant avoir tissé pour le bien du Gabon, une sorte d’alliance objective avec le président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, le candidat à Moabi dans le cadre des élections législatives dit «n’avoir jamais cessé de poursuivre le combat pour en finir avec les inégalités dont sont confronté la majeur partie des gabonais»

D’antan très critique envers l’action du gouvernement, alors qu’il occupait même le poste de vice-premier Ministre, Bruno Ben Moubamba avait été révoqué pour «manque de solidarité».

Arrivé en 3e position à l’issue de la présidentielle d’aout 2016, derrière Ali BONGO et Jean PING, le chemin politique de celui qui affirme être «le fils spirituel de Pierre Mamboundou» semble parsemé d’épines. A l’avenir qui verra…

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille