BEAC : LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION FOREX VUE COMME UNE MENACE POUR LES EMPLOIS

Selon un réseau d’entreprises opérant dans le secteur de l’énergie en Afrique, réunis au sein de la Chambre africaine de l’Energie, la nouvelle réglementation FOREX, de change mise en place par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) est une menace pour des milliers d’emplois dans la sous-région. Une assertion soutenue via un communiqué par Leoncio Amada Nze,  président exécutif de ladite Chambre, ce 09 novembre 2020, rapporte le site Agence Ecofin.

Cette nouvelle réglementation stipule que toute transaction de plus de 1 million de FCFA par mois et par entité ou personne attire désormais beaucoup plus de bureaucratie et par conséquent des délais de plusieurs semaines. Si les professionnels du secteur de l’énergie comprennent la volonté de la BEAC de vouloir protéger les réserves des pays de la sous-région, elle semble ne pas être d’accord sur le procédé de l’institution financière. « La Chambre africaine de l’énergie comprend donc la volonté des gouvernements de protéger leurs réserves de change en baisse suite à la réduction des revenus provenant des recettes pétrolières et gazières depuis la chute des prix du pétrole de 2014 et la récente chute déclenchée par la covid-19. », a affirmé Leoncio Amada Nze.

Une autre mesure de cette réglementation impose aux entreprises et aux particuliers de recevoir une autorisation de la BEAC avant l’ouverture d’un compte en dehors de la région. Le réseau d’entreprise préconise de revoir la décision, car les conséquences pourraient être néfastes pour les emplois dans le secteur. « Cependant, nous pensons que le nouveau règlement sur les changes est une réponse mauvaise et inappropriée à ces nouvelles dynamiques de marché. C’est un déclencheur pour plus de bureaucratie, de corruption et c’est le tueur ultime d’emplois. », poursuit ledit communiqué.

Pour rappel, les défis liés à la baisse des prix du pétrole que traversent les pays de la CEMAC depuis 2016, ont poussé les autorités de la sous-région à choisir entre un ajustement monétaire qui consisterait à dévaluer le franc CFA utilisé dans cette zone, ou à opérer des changements économiques et des ajustements budgétaires. Une des grandes réformes économiques préconisées par la Banque centrale est celle de la réglementation de change.

Freddy MOUSSOUNDA

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat