BONNE GOUVERNANCE : LE GABON GAGNE 13 PLACES DANS LE CLASSEMENT MO IBRAHIM

Publié tous les deux ans, l’Indice Ibrahim pour la Gouvernance Africaine (IIAG) 2020 fait apparaitre une évolution en matière de bonne gouvernance au Gabon. Évalué sur 79 indicateurs pertinents, le pays a gagné 13 places en 2 ans alors que le niveau de gouvernance globale en Afrique recule pour la première fois depuis 2010. Dans la zone Cemac le Gabon se classe premier devant le Cameroun.

L’Indice Ibrahim pour la Gouvernance Africaine (IIAG), est le classement le plus fourni en matière d’évaluation de la bonne gouvernance dans les 54 pays d’Afrique. L’édition 2020 de l’IIAG 2020 inclut désormais des nouvelles attentes comme la protection de l’environnement, l’accès au numérique ou encore la lutte contre les inégalités en matière de protection sociale. Des domaines dans lequel le Gabon s’est remarquablement fait remarquer avec une série de réformes courageuse notamment sur l’égalité des genres ou une stratégie porté par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba place le pays comme un précurseur en la matière.

« Nous disposons désormais de 79 indicateurs regroupés sous les 4 grandes dimensions de l’IIAG : Sécurité et Etat de droit, Participation – droits et inclusion, Développement humain et Fondements des opportunités économiques », explique Nathalie Delapalme, directrice exécutive de la Fondation Mo Ibrahim.

Publié dans un contexte sanitaire particulier l’Indice Ibrahim pour la Gouvernance Africaine (IIAG) a pris en compte la capacité des états à répondre aux attentes légitimes des citoyens en cette période. Au Gabon, cette pandémie la résilience du pays, une résilience et une riposte qui ont été qui a été plusieurs félicitées par plusieurs organismes internationaux notamment l’Organisation des Nations unies (ONU) et le Front Monetaire International ( FMI)

« L’Afrique est à l’épreuve. Les fragilités de gouvernance mises en exergue par l’IIAG 2020 sont exacerbées par la Covid-19 qui menace les progrès réalisés dans les domaines économique et humain. L’insatisfaction et la méfiance des citoyens à l’égard de la gouvernance publique s’aggravent un peu partout. Les gouvernements peuvent saisir cette occasion unique de démontrer à la fois leur détermination à sauvegarder la démocratie et leur capacité à définir un nouveau modèle de croissance plus résilient, plus équitable, plus durable, et plus autonome », a prévenu Mo Ibrahim, président de la Fondation Mo Ibrahim, au regard des résultats de l’IIAG 2020.

Les résultats de l’édition 2020 de l’Indice Ibrahim pour la Gouvernance Africaine (IIAG) sont aussi à mettre au bilan d’une gouvernance exécutive ambitieuse malgré la Covid-19 une raison supplémentaire pour profiter de cette phase ascendante au moment ou la relance de l’économie est une des priorités de l’après-covid.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

WhatsApp chat