DETTE INTÉRIEURE : 100 MILLIARDS DE DETTES FICTIVES MISES À JOUR

Selon certaines informations concordantes, il s’agirait du montant des factures de deux opérateurs économiques, pour des prestations invisibles.

Mis en place par arrêté n°006/PR du 20 juin 2020, la task force de la Présidence de la République pour le règlement de la dette intérieure a pour principale mission l’établissement d’un système d’analyse et de gestion de la dette intérieure.

Ses investigations ont permis de mettre à jour un certain nombre de supercheries relatives à la réalité de certaines créances. La problématique des fausses créances dans la dette intérieure gabonaise est pourtant récurrente. 

En effet, en 2014 Christian Magnagna alors ministre du Budget avait déclaré : « l’audit a permis de réaliser des économies de l’ordre de 654 milliards de francs CFA suite à l’annulation des fausses factures et autres créances douteuses datant de 2006 à 2013» 

Jean Fidèle Otandault, ministre du Budget en 2018 fera le même constat :« Je ne dis pas que tout est faux, mais je puis vous assurer qu’une grande partie de la dette intérieure est une fausse dette » indiquant par la suite qu’il fallait préalablement auditer cette dette avant de payer. 

Même constat de Jean Marie Ogandaga l’actuel ministre de la Relance Économique qui déclarait lors d’une interview à nos confrères de l’union en janvier 2020 « il y a beaucoup de dettes fictives » 

Autant dire que le travail de la task force s’inscrit dans une volonté d’assainissement du fichier de la dette dont la publication devrait normalement sortir de sa léthargie l’inaudible commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite dont le contribuable gabonais commence à douter de la volonté de lutter contre la corruption au Gabon

Leave a Reply

Your email address will not be published.