ÉCO: LES USA SALUENT LES PROGRÈS DU GABON EN MATIÈRE DE TRANSPARENCE BUDGÉTAIRE

Publié en juin dernier, un rapport du département américain dresse un tableau des pays africains par rapport à leur niveau de transparence budgétaire. Le Gabon, pour ses efforts en la matière, est classé avec 11 autres pays dans la catégorie des Etats ayant réalisés des « Progrès significatifs ».

Sur la cinquantaine des pays africains évalués, 16 pays sont classés dans la catégorie transparence budgétaire « Satisfaisant », tandis que 11 pays dont le Gabon, figurent dans la catégorie « Progrès satisfaisant ».

En Afrique centrale, le Gabon partage cette position avec la Guinée Equatoriale, le Cameroun, le Tchad, la RCA et le Congo étant tous classés dans la catégorie « Aucun progrès considérable ».

Si nous avons expressément choisi de nous focaliser sur l’Afrique, il faut cependant noter que la transparence budgétaire de 141 économies à travers la planète a été analysée. De ces économies, 74 étudiées satisfassent aux exigences minimales de transparence et 67 restants sont à cheval entre des résultats moyens et insignifiants.

Mais alors que selon le Département américain, « la transparence budgétaire est un élément essentiel d’une gestion efficace des finances publiques, (qui) contribue à renforcer la confiance des marchés privés et est indispensable à la viabilité économique », il est important de relever que cet indicateur joue un rôle déterminant de la bonne gouvernance des pays.

Cette empreinte définie à bien des égards, la position du Gabon qui, malgré les aléas auxquelles est soumise son économie depuis 2014 avec la crise sectorielle du pétrole, celle-ci ne cesse d’être une destination de référence en matière de captation des capitaux.

Ce référencement tient cependant des réformes menées depuis 2017 sous l’impulsion du Fonds monétaire international (FMI) et des engagements constants de l’État à renforcer l’orthodoxie financière du pays.

S’il fallait décrire comment cela se matérialise, on dirait simplement que le nouvel accord conclu récemment entre le Gabon et le FMI, pour un montant de plus de 300 milliards de francs CFA au titre du Mécanisme élargi de crédit (MEDC) conforte l’adhésion de l’organisme financier international au niveau de transparence du Gabon dans la gestion des finances publiques.

Séraphin Lame

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x