Estuaire, Haut-Ogooué, Ngounié et Woleu-Ntem en pôles agricoles


Le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’alimentation chargé de la mise en œuvre du programme GRAINE, Biendi Maganga Moussavou, a notamment présenté mercredi 10 avril, à Libreville, les 4 pôles agricoles de la nouvelle stratégie du développement agricole devant contribuer fortement à assurer la sécurité alimentaire au Gabon, à l’horizon 2022.

 Cette stratégie a sélectionné quatre Zones agricoles à forte productivité (ZAP), dont la mise en place va commencer d’ici quelques semaines : l’Estuaire (nord-ouest) le Haut-Ogooué (sud-est), la Ngounié (sud), et le Woleu-Ntem (nord). La mise en valeur de ces ZAP ou agropoles passera par une première phase dans laquelle cinq sites ont été retenus.

Kango et Ntoum pour l’Estuaire seront spécialisés dans la production du poulet, du porc, le mouton et les produits vivriers. Franceville, dans le Haut-Ogooué, aura les plantes à tubercule, plusieurs cultures vivrières, le poulet comme chaîne de valeur. Bitam, dans le Woleu-Ntem, sera spécialisé dans le café-cacao, l’hévéa, le palmier à huile. Idemba, dans la Ngounié, va monopoliser la production du riz, du maïs et du soja.

Ces ZAP vont réduire de 50% les importations alimentaires qui coûtent actuellement 450 milliards de francs CFA par an à l’Etat gabonais, à l’horizon 2022. A court terme, elles vont aussi favoriser le développement, accroître la part de l’agriculture dans la richesse nationale qui est actuellement de 5%, lutter contre le chômage des jeunes, et garantir une plus grande sécurité alimentaire.

Il faut cependant des préalables comme « régler les problèmes de chaines de valeurs, le problème d’accès au foncier, le problème d’intégration des petits agriculteurs dans une dynamique qui implique les entrepreneurs et les agroindustriels en mettant en place dans un même endroit, la recherche et développement » a indiqué le membre du gouvernement.

Sachant que le ministère de l’Agriculture ne pourra pas arriver à faire grand-chose, s’il s’implique seul à toutes les étapes de la mise en valeur de ces 4 ZAP, Biendi Maganga Moussavou, a invité les acteurs de la société civile, les représentants des confessions religieuses, les responsables des plateformes agricoles, les coopératives et les agro-industriels à lui faire des propositions pertinentes.

Cependant tout est déjà prévu pour l’ouverture en septembre prochain du Lycée agricole de Lébamba dans la Ngounié, l’insertion des filières agricoles dans les Centres de Formation et de Perfectionnement Professionnels (CFPP), l’insertion des filières agricoles dans les lycées techniques.

Sous peu le ministère de l’Agriculture va mettre en place un laboratoire de sécuritaire alimentaire et d’analyses biologiques, des structures de transformation et de stockage des produits agricoles.

Il va également implanter l’Agence du développement agricole du Gabon (ADAG) sur le site historique du Centre d’appui technique à l’hévéa culture (CATH) situé à Akanda.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.