GABON: VERS UNE CROISSANCE DE 0,2 % EN 2020

Selon une note d’analyse du ministère de l’Economie et des finances, la baisse des cours des matières premières, la contraction de l’activité économique mondiale et l’application des mesures internes visant à lutter contre le covid-19 entraîneraient une croissance économique presque négative en 2020 (0,2%). Cette note d’analyse porte sur les impacts économiques de la crise sanitaire du covid-19 sur le Gabon.

La Chine, premier partenaire économique du Gabon depuis 6 ans (46,8% du commerce extérieur en 2019), et premier acheteur du bois gabonais (37,2% en 2019) et du manganèse (+72,2% en 2019),  connaîtrait un ralentissement important de son activité économique (+1,9% contre +5,8% initialement prévu).

La France, deuxième partenaire économique du Gabon (9,0% de parts de marché en 2019) et principal acheteur de son caoutchouc et de son bois, devrait être en récession en 2020. La Belgique, troisième partenaire économique du Gabon (5% des parts de marché), serait également en récession.

Après avoir connu une hausse de +3,9% en 2019, l’activité économique nationale devrait baisser à  -0,2% en 2020. Le retentissement de l’activité économique serait consécutif aux effets conjoints des chocs extérieurs et intérieurs.

Le Gabon faisait pourtant un retour accéléré de son activité économique à la croissance en 2019, aussi bien dans le secteur pétrolier (+13%) que dans le hors pétrole (+2,9%).

Le pétrole brut connaîtrait une baisse de son activité de 4,5% en 2020, comparativement à l’année 2019 qui a enregistré une amélioration de 13%. L’activité du manganèse serait en repli de 1,8% en raison d’une forte baisse des prix du minerai de manganèse et d’une contraction de la demande sur le marché sidérurgique. La croissance de l’exploitation forestière serait de (-8,3%), suite au repli de la demande des industries locales en grumes de bois.

Dans le secteur secondaire, l’activité de l’industrie du bois se contracterait de 10,4% en raison de la baisse de la demande extérieure, principalement en provenance de la Chine et de la zone euro. Les commerces et les services enregistreraient des taux de croissance négatifs de -1,9% et de -2,1%.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.