LA VOIE FERRÉE UN SOUTIEN AUX ACTIVITÉS MINIÈRES ET FORESTIÈRES

La construction du chemin de fer dont les travaux ont commencé en 1974 pour s’achever en 1986, assure l’évacuation vers Libreville, de nombreuses matières premières minières extraites à l’intérieur du pays notamment autour de la région de Franceville et contribue à l’essor de l’industrie forestière. Le Gabon est actuellement premier producteur africain et deuxième mondial de placages avec une production de plus de 270 000 m3 de placages en 2019, contre 170 000 m3 en 2009.

L’uranium exploité par la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) jusqu’en 1999, et actuellement le manganèse exploité par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), sont transportés par la voie ferrée. Si le Gabon est aujourd’hui le 2eme producteur mondial de minerai de manganèse à haute teneur, c’est en partie grâce à cette voie ferrée. Selon les chiffres de la direction générale de l’économie et de la politique fiscale, la production totale de manganèse a progressé de 24,1 % pour s’établir à 6,67 millions de tonnes.

Avant l’année 1991, le réseau de chemin de fer national n’avait pas la priorité de l’évacuation du manganèse hors du pays. La production était acheminée vers le Congo, jusqu’au port de Pointe Noire à travers le chemin de fer Congo Océan. C’est donc depuis la fin de l’année 1991, que le réseau national a l’exclusivité de l’exportation. Ce sont 270 wagons qui relient Moanda à Owendo, en une rotation théorique de 48 heures. La voie ferrée a également contribué à l’essor de l’exploitation forestière. Elle se présente comme le corridor d’évacuation le plus sûr et le plus fiable puisqu’en une seule rotation, le train est capable de transporter, à chaque tour, plusieurs milliers de mètres cubes de bois stockés dans les gares successives de Lastourville, Booué, Ndjolé, Oyane. Longue de 669 kilomètres, la voie ferrée allège ainsi la charge supportée par la route.

Les transports constituent un secteur stratégique sur lequel les plus hautes autorités accordent une grande importance. C’est en ce sens que le schéma directeur des infrastructures occupe une place de choix dans le cadre du Plan stratégique Gabon émergent ( PSGE).

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.