NOTATION FITCH : BIENDI MAGANGA MOUSSAVOU ÉMET DES RÉSERVES

Le 4 avril 2020, l’agence de notation Fitch a dégradé la note souveraine du Gabon de B à CCC,  prévoyant une détérioration du solde budgétaire et une augmentation considérable de la dette publique. Pour le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, l’agence de notation Fitch a  complètement fait fausse route.

La réaction du ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou a fait le tour de la toile, suite à cette notation. ”Ficth nous fait une analyse qui n’a aucune valeur ajoutée au moment où le système bancaire US est au bord de l’effondrement au regard des engagements dans le secteur pétrolier”, a tweeté Biendi Maganga Moussavou.

Le rôle des agences de notation est de mesurer le risque de non remboursement des dettes que leur présente l’entrepreneur. Pour cela, elles construisent des scénarios financiers prévisionnels.

Pour le ministre, l’agence Fitch est partie sur un faux scénario. ”C’est purement inexact. Dans le contexte de la pandémie du covid-19 que nous vivons, le report de toutes les échéances de crédit est une impérieuse nécessité tant pour les particuliers, les entreprises que les États. Comment donc parler de défaillance quand c’est tout l’environnement qui chavire ? Certains pays,  de premier rang mondial, est-ce utile de les citer, utilisent la planche à billet pour ne pas être en situation de défaut”.

En 2012, l’agence de notation Standard & Poor’s avait été condamnée pour avoir trompé les investisseurs. Elle avait attribué des notes inexactes à des produits financiers à risque qui avaient coulé quelques mois plus tard. Pour défendre ses affirmations mensongères, l’agence de notation Standard & Poor’s avait dit : ” La notation est un art, pas une science”.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.