REFORME DU CODE HYDROCARBURES : MASSASSA RASSURE LES DÉPUTÉS DE LA MAJORITÉ ET DE L’OPPOSITION

Auditionné par les honorables députés, Vincent de Paul Massassa, Le Ministre du Pétrole, du Gaz et des Mines, a dévoilé les contours de la récente réforme du Code minier. Une réforme, qui, malgré une conjoncture liée à la crise sanitaire a permis la signature de 12 contrats.

Répondant aux questions de l’Honorable Jean-Robert GOULONGANA « portant sur l’attractivité du nouveau Code des Hydrocarbures et de la relance de l’activité pétrolière. » Vincent de Paul Massassa s’est livré à un exposé-bilan du nouveau code des Hydrocarbures, deux ans après son adoption.

Aux quatre questions posées par l’honorable député, le ministre Massasa va apporter des éclaircissements qui ont permis aux députés de gabonaise de se faire une idée précise du niveau de résilience du secteur.

Pour Vincent de Paul Massassa, il est important de rappeler que « le précédent Code des Hydrocarbures était jugé rigide » par les acteurs de l’Industrie pétrolière. Ce dernier n’a pas permis en 5 ans d’existence d’arrêter un seul nouvel investisseur dans le pétrole gabonais.

Une situation qui a conduit les autorités gabonaises à procéder à une réforme du Code des Hydrocarbures en 2019. l’ambition du nouveau code des hydrocarbures était claire à ce moment : attirer de nouveaux investisseurs. Les premiers effets de cette réforme se sont fait voir lors du lancement en janvier 2020 du 12ème appel d’offres international pour l’attribution de trente-cinq (35) blocs en zone offshore profonde et très profonde.

« Nous devons négocier les contrats d’hydrocarbures et les signer. Jusqu’à l’apparition de la Covid19 dans notre pays le 12 mars 2020, nous étions dans la phase de la promotion de notre bassin sédimentaire auprès de l’industrie pétrolière internationale, munis du nouveau Code des Hydrocarbures attractif. À ce jour, nous avons la manifestation d’intérêt de plusieurs sociétés aussi bien pour la zone offshore profonde et très profonde que pour la zone conventionnelle » a déclaré Vincent de Paul Massassa aux députés.

S’agissant des contrats signés sous le nouveau code des hydrocarbures, le ministre du Pétrole a informé les honorables députés de la signature par le Gabon de « douze (12) contrats d’hydrocarbures et deux (2) avenants aux contrats d’hydrocarbures qui étendent les durées d’exploration pour permettre le forage de puits supplémentaires » Une activité qui montre le potentiel du secteur malgré une période creuse sur l’international.

Toutefois, Vincent de Paul Massassa estime que le tableau a pu être plus embelli « Nous restons convaincus que l’Etat aurait pu signer plusieurs autres contrats d’hydrocarbures si les conditions sanitaires ne s’étaient pas dégradées. À cet effet, notre ambition est de signer plusieurs nouveaux contrats, après la reprise du 12e appel d’offres. » a-t-il déclaré.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x