ACTION SUR LE CLIMAT : L’AFRIQUE CENTRALE VOIT PLUS GRAND

Le ministre de l’Environnement Lee White, et la ministre déléguée du ministre des Affaires étrangères, Nanette Longa Makinda, avec leurs homologues des autres pays membres de la CEEAC, ont adopté une position commune le 7 septembre 2019, à Brazzaville.

Une fois n’est pas coutume. L’Afrique centrale va parler d’une même voix lors du Sommet de l’action sur le climat du 23 septembre 2019, à New York.

À l’occasion de la Réunion extraordinaire des ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) de Brazzaville, toute l’Afrique centrale a regardé dans la même direction.

”Cela démontre la détermination de nos États à faire partie de la solution”, explique Nanette Longa Makinda.

L’enjeu est de taille. Les difficultés environnementales se multiplient au fil du temps. ”Il ne s’agit plus de la fonte des glaces en Antarctique et Himalaya… Mais bel et bien d’assèchement du Lac Tchad, ou d’érosion côtière au Gabon”, s’alarme la ministre déléguée.

L’Afrique centrale représente un patrimoine incroyable pour l’humanité. Il est hors de question qu’elle aille à ce Sommet en rangs dispersés. ”Nous devons désormais amplifier nos messages jusqu’à New York afin de faire véritablement entendre la voix de l’Afrique centrale”, précise-t-elle.


Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.