COP26: ALI BONGO ONDIMBA EN PROTECTEUR DE LA PLANÈTE

Les changements climatiques s’accélèrent. Les effets se multiplient. Et si on prenait des décisions courageuses pour l’avenir de la planète aujourd’hui ? La participation de Ali Bongo Ondimba le President de la République Gabonaise à la COP 26 a Glasgow du 1er au 12 novembre 2021, s’explique donc logiquement

L’action de l’homme ces dernières décennies a accéléré l’occurrence des changements climatiques
et dramatisé leur dangerosité. Faisant d’eux le problème environnemental le plus pernicieux de l’existence humaine, avec les hausses des températures, l’accroissement de la gravité des tempêtes et des sécheresses, le réchauffement et la montée des océans, la perte de la biodiversité, la pénurie alimentaire, l’augmentation des risques pour la santé, la pauvreté…

En prenant la parole le lundi 01 novembre 2021 à la Conference de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques (COP21), devant le parterre de dirigeants mondiaux, Ali Bongo Ondimba le Président de la Republique Gabonaise, n’a pas dissimulé
sa volonté de relancer le débat sur la lutte contre les changements climatiques.

Il a appelé à l’adoption de mesures courageuses afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et à une implication plus manifeste des chefs d’État et de gouvernement en vue de parvenir à un accord global au terme de la COP26 le 12 novembre : “50 ans après Stokholm, 30 ans après Rio, la COP26 doit marquer le début d’une nouvelle ère d’intégrité climatique”

Ali Bongo Ondimba a également fustigé le peu d’avancées enregistrées dans la lutte contre les changements climatiques : “Nos NDC montrent que nos émissions continueront à augmenter d’ici 2030. Alors que le dernier rapport du GIEC nous commande de les réduire d’au moins 40%sur cette même période. L’heure est grave mais rien n’est perdu”.

Cette conférence sur les changements climatiques est la plateforme idoine pour les dirigeants du monde de manifester leur engagement et intérêt à sauver la planète d’une catastrophe certaine. Et Ali Bongo Ondimba a bien fait de le rappeler à ses pairs: “Nous devons tout faire pour combler le Gap et atteindre l’objectif de 1,5 degré Celsius”.

Le Gabon faut-il le rappeler est très engagé dans la préservation de l’environnement a travers de nombreuses initiatives, notamment l’Agence Gabonaise d’Études et d’Observation Spatiales (Ageos) dont le but est de suivre au quotidien l’évolution du couvert forestier et du niveau de stockage de carbone au Gabon et dans le bassin du Congo, deuxième grande forêt tropicale de la planète.

Le Gabon joue sa partition et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Et Ali Bongo Ondimba le fait d’ailleurs remarquer : “Le Gabon fait sa part avec l’adoption d’une loi innovante sur les changements climatiques”

Malgré sa bonne volonté. Son engagement ferme a lutter pour la préservation du climat, le Gabon seul ne parviendra à remporter cette lutte.

Chaque leader doit assumer sa part de responsabilité afin de construire un avenir commun.

Rendez-vous est donc pris pour le 12 novembre afin d’apprécier le degré d’engagement de chaque pays à relever les défis du changement climatique.

SJM