COP26 : DÉCEPTION AUTOUR DU PACTE DE GLASGOW

La COP26, comme nous l’annoncions dans un précédent article, a bouclé samedi 13 novembre 2021, ses échanges en adoptant le pacte de Glasgow qui n’est autre que la déclaration finale de cet événement mondial. Grande à cependant été la déception de plus d’un à l’appréciation des engagements contenus dans la mouture finale.

Des petites réussites en termes d’engagements, mais aussi beaucoup de manquements. Voilà comment il faut qualifier le pacte de Glasgow sur le climat qui s’est achevé samedi dernier. Après deux semaines de débats, la COP26 n’est pas parvenue à concilier l’ensemble des positions.

Les engagements, à certains endroits, sont creux. De quoi affecter les impressions du plus grand nombre. Alok Sharma, le président désigné de la COP26 le premier. Même si selon lui, il est vital de protéger cet accord, il dit comprendre “la profonde déception” qui anime de nombreux spécialistes et observateurs.

Cela va de soi. Les questions d’intérêt telles que celle destinée à faire contenir le réchauffement de la planète à 1,5°C n’ont pas fait l’unanimité. Climatologue et ancien Vice-président du GIEC, pour Jean Jouzel, l’événement de Glasgow n’était pas une grande COP.

“Il y a eu quelques avancées, mais si c’est simplement pour discuter et ne pas mettre sur la table des engagements plus ambitieux, ça ne vaut pas le coup”, a-t-il fait remarquer.

Cette position va dans le sens de celle du Secrétaire générale des Nations unies, Antonio Guterres qui s’indignait il y a quelques jours, des engagements manqués de l’événement climatique.

Quelques pas ont été franchi notamment en matière de réduction de l’impact des énergies fossiles, de la déforestation et de la responsabilisation des tiers ou pays dans les pertes et préjudices liés aux conséquences des changements climatiques. Mais le sentiment général imprime une déception à tous les niveaux.

Même si la COP de Glasgow a réussi à faire plier les climato-sceptiques et les pays réticents, beaucoup de choses restent à revoir pour réellement engager le monde dans la voie de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Séraphin Lame