DISPARITION DE PORT-GENTIL : MAIRE DE LA COMMUNE, GABRIEL TCHANGO PREND ENFIN LA MENACE AU SÉRIEUX

Sous hypothèque de la montée des eaux de mer due aux changements climatiques, Port-Gentil, la ville côtière par ailleurs, capitale économique du Gabon pourrait disparaître dans quelques années. Annoncé depuis quelques années par des scientifiques gabonais dont le Pr. Lee White, ministre des Eaux et forêts, l’alerte vient d’être prise au sérieux par Gabriel Tchango, maire de cette commune.

Aurait-il fallu de la COP 26 pour que les autorités de Port-Gentil prennent au sérieux, la menace de délocalisation qui pèse sur leur ville? Objet d’alerte depuis quelques années, c’est ce que vient de laisser paraître Gabriel Tchango, maire de la commune de Port-Gentil.

Et pourtant, cette mise en garde aux allures d’une alerte n’est pas nouvelle. En août dernier, au plus fort de la célébration de l’anniversaire marquant l’accession du Gabon à la souveraineté internationale, le ministre des Eaux et Forêts, Pr. Lee White mettait en garde contre l’avenir sombre qui guette la ville de Port-Gentil suite à la montée des eaux.

Quelques années plus tôt, c’est Magloire-Désiré Mounganga, chercheur gabonais, connu pour ses travaux dans le domaine de l’érosion côtière au Gabon, par ailleurs Coordonnateur du Plan national d’adaptation, qui mettait en garde les autorités gabonaises sur l’avenir sombre qui guette les villes de Port-Gentil et la commune d’Akanda.

En effet, entre érosion côtière et avancée de la mer, la ville sableuse est sous la menace des eaux. Il suffirait d’un extrême pour que celle-ci soit ensevelie par les eaux. Plus que 30 ans sépare Port-Gentil de son son hécatombe, au regard de l’avancée de la mer qui monte progressivement.

A la recherche de solution face à ce présage sombre, Gabriel Tchango est face à un dilemme qui nécessite l’intervention des plus hautes autorités.

Michaël Moukouangui Moukala