JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA MANGROVE: ‘’LES AMIS DE LA LOWÉ’’ SENSIBILISENT

A l’occasion de la Journée internationale pour la conservation de l’écosystème de la mangrove, célébrée chaque année le 26 juillet, l’association ‘’Les amis de la Lowé’’, et le maire du 5ème arrondissement de la commune de Libreville, ont sensibilisé les habitants d’Ozoungué et Mindoubé, vivant à proximité et dans la mangrove. Et quand c’était nécessaire, l’autorité municipale sanctionnait.

Poubelles, détritus, constructions anarchiques, voilà le triste constat que le président de l’association ‘’Les amis de la Lowé’’ a fait, ce 26 juillet 2020, dans les quartiers du 5ème arrondissement, Ozoungue et Mindounbé. Il n’a pas hésité à sensibiliser les habitants de ces quartiers, en majorité issus des communautés étrangères.

Pendant les échanges entre le maire du 5ème arrondissement et les occupants des habitations implantées dans la mangrove, plusieurs révélations ont été faites. Plusieurs noms de barons de la République ont été cités, c’est, ces derniers, qui ont vendu plusieurs espaces aux plus offrants, au détriment de l’environnement. D’autres, n’ont pas hésité à créer des petites entreprises. Une immense scierie a été découverte sur la mangrove à Mindoube.

Chadi Moukarim, maire du 5ème arrondissement de Libreville, n’a pas hésité à rappeler les sanctions que prévoient la loi, en cas de destruction de la mangrove et de l’environnement. « Les constructions proches des espaces naturels littoraux sensibles ou proche du rivage sont interdites », stipule l’article 64 du code de l’environnement de la République gabonaise. Une amende allant de 500.000 Fcfa à 15.000.000 de Fcfa peut être infligée à une personne physique ou morale. Les peines d’emprisonnement peuvent aller de 3 à 6 mois.

Maxime OWONO

Leave a Reply

Your email address will not be published.