LIMITATION DE L’ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE : UNE AUTRE CONSÉQUENCE DU COVID-19

Si les conséquences de l’épidémie du Coronavirus sont indénombrables sur l’homme, dame nature peut quelque part s’en réjouir. Plus l’épidémie se propage dans le monde, plus l’émission de gaz à effet de serre tant à réduire, cela compte tenu des limitations de sorties dans certains pays. C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de New York, rapporte RFI.

Les mesures de confinement mises en place dans plusieurs pays du monde et les limitations de vols, réduisent la pollution aérienne provoquée par les véhicules et les industries. Selon les chercheurs de l’Université de New York, la concentration en monoxyde de carbone, principalement due au gaz d’échappement des voitures a chuté de presque 50%, dans les villes les plus touchées.

Toujours selon ces chercheurs, les photos satellites de la Chine et de l’Italie prises à un an de distance, montrent une baisse spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi une importante réduction de la pollution au dioxyde d’azote.

C’est peut-être bénéfique pour l’heure pour la nature, mais rien est sûre sur le fait que cela perdure. De plus, on se passerait bien de cette pandémie comme solution pour préserver la nature. Dans des conditions normales, sans cas de pandémie, les humains devraient pouvoir observer de bons gestes pour sauver dame nature.

Solange TAMO

Leave a Reply

Your email address will not be published.