URGENCE DE PROTÉGER 30% DE LA PLANÈTE D’ICI 2030 : LE GABON ADHERE À L’INITIATIVE

Le ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer et de l’Environnement, Lee White, a pris part le 28 mai 2020, à une réunion par visioconférence, portant sur l’urgence de protéger 30 % de la planète d’ici 2030. La partie gabonaise épouse cette idée, et a décidé de s’engager dans ce combat, aux côtés des gouvernements du Costa Rica, de la France et de la République du Congo.

Au regard du rapport alarmant de la Plateforme Intergouvernementale de politique scientifique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), qui précise que « environ un million d’espèces sont menacées d’extinction, 75 % du milieu terrestre est « sévèrement altéré », plus de deux tiers du milieu marin est sujet à des impacts négatifs cumulatifs croissants et plus de 85 % de la surface des zones humides ont disparu », le Gabon a décidé de s’engager dans le combat de la protection de la planète, avant qu’il ne soit trop tard.

Le ministre des Eaux et Forêts, Lee White, a précisé que la vague de destruction naturelle crée « les conditions idéales pour la propagation des zoonoses telles que la Covid-19 ». La forte corrélation entre le changement climatique, la biodiversité et le bien-être humain ne peut plus être ignorée. Il n’a pas manqué de rappeler que le Gabon, accompagné de plusieurs pays africains, notamment d’Afrique centrale, fait de la nature une solution indispensable dans cette crise écologique.

Aujourd’hui, seuls 15 % des terres et 7 % des océans sont protégés. Lee White exhorte les gouvernements à aller plus loin à l’unisson. « L’objectif de protéger 30 % des terres et des mers d’ici 2030 pour parvenir à limiter à 1,5 degré Celsius l’augmentation de la température causée par le changement climatique doit devenir notre cible commune », a-t-il dit.

Maxime OWONO

Leave a Reply

Your email address will not be published.