ABUS DE BIEN SOCIAUX : GABON OIL COMPANY ENCORE ÉCLABOUSSÉ

C’est la très informée lettre du continent dans son édition numéro 818 du 19 février 2020 qui nous apprend cet énième cas d’abus de biens sociaux à la Gabon Oil Company. « les gendarmes de la Direction générale des recherches (DGR) ont notamment établi que la Gabon Oil Company (GOC), pourtant propriétaire de ses locaux, payait un loyer à une société détenue par certains de ses dirigeants. » La société civile immobilière détenue par certains de ses anciens dirigeants et certains hauts fonctionnaires percevrait environ 35 millions de francs CFA de loyers par mois pour le seul immeuble du quartier Saoti, avec en bonus plusieurs mois payés d’avance.

Comme l’avaient dénoncé certains médias, l’ancienne direction générale de Gabon Oil Company avait déjà curieusement opté pour déménager sa filiale Gabon Oil Marketing dans un immeuble au quartier Saoti alors qu’elle ne payait pas de charges locatives dans le bâtiment abritant les services de l’Agence Nationale des Parc Nationaux à Kalikak. Un déménagement express qui avait laissé dire à certains observateurs qu’il s’agissait d’une opération d’abus de biens sociaux.

Difficile de comprendre qu’une entreprise paie l’occupation des locaux dont elle est propriétaire à une société civile immobilière. Les enquêteurs de la direction générale des recherches qui viennent de mettre à jour cet énième cas de malversation devront faire la lumière et établir les responsabilités. La première entreprise gabonaise semble ne pas avoir terminé de livrer sa part de secrets dans la gestion chaotique de ses 20 derniers mois. Une toile visant à piller l’entreprise serait-elle en train d’être mise à jour ? Il semble tout indiqué de répondre par l’affirmative, surtout que certaines opérations semblent être toujours en cours alors que l’ancienne direction générale de Gabon Oil Company a été démise de ses fonctions.

Dans ce cas d’espèce, combien de loyers la société nationale des hydrocarbures s’acquitte-t—elle chaque mois ? Certaines indiscrétions parlent de plusieurs centaines de millions de francs CFA au nez et à la barbe du conseil d’administration et sans aucun doute avec la complicité des commissaires aux comptes et des différentes directions financières. La justice gabonaise, décidée à faire la lumière sur ces cas de malversation, devra entendre plusieurs employés dans les prochaines semaines. 

Qui est le bénéficiaire des loyers de l’immeuble abritant les bureaux de Gabon Oil Marketing au bas de Gué-Gué alors que l’entreprise est réputée être propriétaire de ses bureaux ?

Pour rappel les investigations sur les nombreux détournements de fonds au sein du groupe Gabon Oil Company sont actuellement en cours, plusieurs responsables de l’entreprise ont été mis en cause dans cette affaire et sont actuellement en détention préventive à la prison centrale de Libreville.

Leave a Reply

Your email address will not be published.