MORT MYSTÉRIEUSE DE POISSON: UNE DEUXIÈME ANALYSE PRÉVUE


Les chercheurs du centre international de recherche médical de Franceville (CIRMF), notamment les virologues, viennent de lancer une deuxième phase d’analyse des causes réelles de la mort des carpes dans le lac Nzilé, à Lambaréné. Les résultats seront connus dans les heures qui viennent, selon ces chercheurs.

Cette seconde phase d’analyses métagénomiques vient d’être lancée afin de déterminer les raisons réelles de la mort de ces carpes dans le lac Nzilé. « Les virologues ont estimé qu’il fallait faire une seconde phase toujours à la recherche de ces pathogènes qui pourraient être à l’origine de la mort des poissons. C’est pour cela que nous avons lancé une seconde analyse métagénomique, qui s’intéresse essentiellement aux virus à ARN », a déclaré Jean Sylvain Koumba, directeur intérimaire du CIRMF, au micro des confrères de Gabon24, avant de préciser que la fin du mystère sur les carpes mortes n’est plus qu’une question d’heure. « D’ici le week-end, nous devrons avoir les résultats de ces analyses ».

Spécialisé dans les maladies infectieuses, le CIRFM avait déjà remis les premières analyses des carpes mortes au ministère de la Pèche qui les a publiés.
Une bactérie de type Aeromonas veronii, avait été décelée en dose anormalement élevée dans les carpes retrouvées mortes dans le lac Nzilé à Lambaréné, grâce notamment aux différentes analyses scientifiques de l’équipe dirigée par Jean Sylvain Koumba. « Les premières résultats se sont focalisés sur la bactériologie où ils ont donc identifié un pathogène qui s’appelle Aeromonas veroniie, qui pourrait être associé à bien d’autres pathogènes pour expliquer la mort des poissons ».

En attendant les résultats de cette seconde analyse par le CIRMF la commercialisation et la consommation des carpes de Lambaréné demeure pour l’heure interdite

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.