Ali Bongo: le second souffle !

Son AVC et le bilan de ses dix ans à la tête du pays ont amené le chef de l’Etat à une totale remise en question et un changement drastique de politique.

Dans un éditorial très fourni du magazine Jeune Afrique suite à une rencontre avec le Président de la République au mois de Septembre, Marianne Ben Yahmed revient sur les faits qui ont secoué le pays cette dernière année.

L’AVC d’Ali Bongo aura défrayé la chronique et secoué les sphères nationale et internationale. L’éditorial nous informe que lors son séjour en Arabie Saoudite, Ali Bongo Ondimba aura frôlé le pire et doit son salut aux soins de qualité dispensés dans le royaume. Mais aussi que cette période aura été le temps de toutes les trahisons de la part de membres de son cercle restreint mais aussi d’autres chefs d’Etat en quête de rayonnement médiatique et diplomatique.

Cette guerre des clans aura fait les choux gras de la presse, des réseaux sociaux et autres “influenceurs” grassement rémunérés semant la confusion dans l’esprit de la population ne sachant plus à quel saint se vouer et la réalité de la situation.

L’eau a désormais coulé sous les ponts et depuis le Président de la République est un autre homme, astreint à une hygiène de vie sans faille expliquant sa perte de poids (30 kilos environ) et à une rééducation intensive. Son retour rapide sur le devant de la scène confirme le fruit du travail d’un homme qui ne ménage aucun effort, même si selon l’éditorialiste Ali Bongo “ne sera plus jamais le même”.

S’il a été touché physiquement, il garde un mental de fer et d’avoir frôlé la mort l’a surtout mené à un questionnement profond sur son premier mandat. Soucieux de léguer un meilleur pays aux populations, Ali Bongo emboîtera le pas sur un changement total et drastique de politique avec une série de décisions fortes qui secouera la sphère politique et son entourage familial.

Déterminé à rependre les choses en main en sanctionnant ceux qui ont trahi sa confiance durant le premier mandat mais aussi pendant sa convalescence, le chef de l’Etat remerciera tour à tour certains collaborateurs historiques.

Entre guerre de placement , trahison, détournement de deniers publics et promesses non tenues, la liste des charges retenues contre les “émergents” est longue. Cependant dans son interview accordée au quotidien l’Union, Ali Bongo assure que l’opération Mamba demeure encore plus d’actualité et que les différents coupables seront sévèrement punis.

Il s’agit désormais pour le Président de la République, après “une profonde introspection”, de partir sur de nouvelles bases tout en assumant les erreurs du passé. Entouré d’une nouvelle équipe, la promesse de pragmatisme et efficacité de celui qu’on pourrait qualifier de nouvel homme, est alléchante. Mais attention à ne pas sombrer dans les mêmes travers car aujourd’hui plus qu’avant, les populations attendent dorénavant du concret et des résultats !

Leave a Reply

Your email address will not be published.