CORONAVIRUS: LES TENTATIVES DE RÉCUPÉRATION RATÉES DE JEAN PING ET BEN MOUBAMBA

Alors que l’humanité vit une crise sanitaire inédite à laquelle le Gabon notre pays doit courageusement faire face, certains hommes politiques gabonais ont décidé de briller par une attitude à rebours de la dignité.

Les dernières sorties de Jean Ping pour rendre hommage aux personnels hospitaliers, n’ont curieusement donné à aucun moment à l’ancien président de la commission de l’Union Africaine, l’occasion d’appeler au respect des mesures de prévention édictées par le gouvernement. Au contraire dans une allocution de 6 minutes, le chef de la Coalition pour la Nouvelle République, s’est limité à traiter des généralités et à fustiger « l’impréparation » des autorités. Alors même que l’engagement des autorités gabonaises à lutter contre cette pandémie est perceptible, régulière et graduelle.

Cette sortie inopportune aux relents de récupération politique a été appuyée par une sortie inopportune, celle de Laurence Ndong, une Gabono-Camerounaise proche de Jean Ping dont le besoin de faire parler de soi, semble être plus fort que la nécessité de sensibiliser son auditoire aux gestes qui sauvent.

De son côté, Bruno Ben MOUBAMBA n’a pas dérogé à la règle en relayant de nombreuses fake news indignes d’un ancien membre du gouvernement. L’ancien vice-premier ministre n’a pas hésité à qualifier cette pandémie qui a déjà fait plus de 12 000 morts dans le monde de « maladie imaginaire » en fustigeant les décisions gouvernementales de confinement partiel. Attitude curieuse de ce dernier qui vit en France où la deuxième semaine de confinement total débute ce 23 mars 2020.

Parmi tous ces ratés, il faut saluer la décision de la Dynamique unitaire, une association proche de Jean Ping qui n’a pas hésité à lever tous ses mots d’ordre de grève sur toute l’étendue du territoire. Malgré une influence minime, le déclaration de Jean Rémy Yama a le mérite de se situer dans le prolongement de l’appel à l’unité souhaité par le Président Ali Bongo ONDIMBA.

Le Gabon traverse une période de sa jeune existence pour laquelle le bien commun doit l’emporter sur les divergences politiques. Une chose que certains « leaders » semblent ne pas avoir compris…mettant la santé de leurs nombreux compatriotes loin derrière leurs ambitions personnelles.

Au Gabon où les populations ont vécu leur première nuit de couvre-feu, il est utile de rappeler que seules les instructions du gouvernement de la République ont autorité. Il y va de la santé de tous.

Leave a Reply

Your email address will not be published.