“Il faut appliquer la tolérance zéro” – Ali Bongo Ondimba

Sur son compte Twitter, le président de la République s’est exprimé sur la réponse à apporter à la criminalité, notamment transnationale. La plus grande sévérité à l’endroit des coupables doit être appliquée selon lui.

Le chef de l’Etat n’est pas passé par quatre chemins lors de son dernier message sur Twitter. Profitant de la tenue du Comité des Chefs de Police d’Afrique Centrale, Ali Bongo Ondimba a donné pour solution à la menace de criminalité transnationale, l’application d’une tolérance zéro.

Le Gabon est l’un des pays les plus stables de la sous-région et riche de ressources naturelles importantes ce qui attise les convoitises de nombreux criminels. Criminalité faunique avec la pêche illégale et le braconnage, pillage de ressources naturelles dont l’or et le bois, la menace se fait de plus en plus grandissante.

Pour endiguer ce phénomène, les Ministres en charge de la sécurité de la sous-région ont prôné une meilleure coopération entre les pays ainsi qu’un meilleur partage de l’information. Toutefois pour que des résultats probants puissent être enregistrés selon Ali Bongo, des sanctions exemplaires et systématiques accompagneront les arrestations.

Il avait déjà été très clair sur l’importance de la lutte contre la corruption, véritable frein au développement du Gabon. Par ailleurs, les membres du gouvernement, en tête desquels le Premier Ministre Julien Nkoghe Bekale, déclareront leurs biens à la Commission Nationale de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite (CNLCEI) très bientôt.

Ali Bongo Ondimba affirme sa volonté de ne plus laisser aucun criminel, national ou étranger, s’accaparer des richesses du pays au détriment des Gabonaises et des Gabonais.

Actuel Président en exercice de la CEEAC, le chef de l’Etat entend mener des réformes audacieuses qu’il présentera à ses homologues lors d’une réunion de la CEEAC à Libreville le 18 décembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.