PRESSE: LE CORRESPONDANT DE RFI AU GABON SUSPENDU !

Yves Laurent Ngoma, correspondant de RFI et TV5 au Gabon écope de deux mois d’interdiction de d’exercer le métier de journaliste. le Correspondant de la  radio française a plusieurs fois été épinglé pour sa gestion partiale de l’information visant à semer le trouble. Condamné en Cote d’Ivoire, Congo, et Guinée RFI est habitué à prendre des libertés avec la vérité des faits.

Le correspondant de RFI suspendu voilà qui va faire les choux gras de la presse française. Bénéficiant d’un passe-droit étonnant dans un état souverain, Radio France International et son correspondant ont plusieurs fois été pris en flagrant délit de fake news et de manipulation, et de partialité dans le traitement de l’information.

15 enfants imaginaires meurent noyés dans une plage près du CES d’AKEBE

En juin 2018, le Gabon découvre avec stupeur des informations relayés avec renfort de reportages sur TV5 la chaîne française, 15 enfants, élèves au collège d’AKEBE seraient décédé, 15 familles endeuillées. Alors que personne dans l’opinion, ni même les autorités n’arrivent à mettre un nom sur ces 15 familles, le correspondant de RFI va jeter le Gabon en pâture dans les médias étrangers. Au final cette histoire sera une fake news, le média français ne reviendra jamais dessus.

” De très nombreux Gabonais ne se gênent plus pour afficher leur homosexualité” c’est par cette phrase curieuse que le correspondant de RFI va clore un reportage en juin 2017, se basant sans doute sur un échantillon de Gabonais ou des statistiques auxquels il est le seul à avoir accès.

Le 19 aout dernier, alors que le Gabon républicain célèbre les commémorations de l’accession à l’indépendance, une dépêche sur le site web de la radio française précise affirme contrairement à la vérité : Ali Bongo ne serait pas levé durant le défilé militaire.

L’article dont l’objectif est d’entretenir un certain doute dans l’opinion reprend les grandes lignes directives des rumeurs locales au sujet de la capacité du Président Bongo à diriger le pays. Dans les faits, de retour d’une période de convalescence au Maroc, Ali Bongo a répondu présent à toutes les obligations constitutionnelles et aux rencontres prévues dans son agenda. Pas plus pas moins.

Depuis l’allocution circonstancielle du 31 décembre 2018 au soir, le Président Gabonais n’a pas manqué un seul des rendez-vous protocolaires obligatoires avec le peuple gabonais. Il a en outre reçu en audience l’ensemble du gouvernement, une dizaine de chef d’états étrangers, plusieurs responsables régionaux dont le président de la CEMAC avec qui il a dévissé de la crise des devises, il a dirigé plusieurs conseils des ministres

Affirmer qu’Ali Bongo ne serait pas levé au passage d’un drapeau, ce qui en plus de ne pas constituer un délit si seulement c’était vrai, interpréter les faits de manière partisane en donnant systématiquement le micro aux pourfendeurs du gouvernement sans équité, est au mieux une manipulation des attentes de ses auditeurs, au pire une entreprise délibérée de semer le trouble, mais en aucun cas du journalisme. Autant que l’acharnement à décrire la victime d’un AVC comme étant un malade est un acharnement curieux auquel réservé aux gouvernants africains.

Cette aisance et légèreté dans le traitement de l’information vient surtout de l’influence que se sont donné les médias français au Gabon. A la question de savoir quand Ali Bongo organisera une conférence de presse avec les médias étrangers, le porte parole de la présidence a répondu juste titre ” Le seul maitre de l’agenda du président, c’est le président” une réponse resté en travers de la gorge de la correspondante de l’AFP au Gabon.

Comme sur cette image, ALI s’est tenu debout devant les symboles de toutes les forces de défenses ce 17 août 2019

On a pas vu nos confères de  RFI autant volubile au sujet des tremblement a répétition de la chancelière allemande Angela Merkel qui pour le coup sont le fait d’une maladie.

C’est sans doute l’esprit de cette suspension qui devra ramener RFI et ses correspondants africains sur terre, et à traitement de l’actualité conforme aux faits, et à la déontologie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.