SCANDALE : L’OCTRA EN LIQUIDATION DEPUIS 19 ANS

Dans un entretien publié au quotidien L’UNION ce mardi 10 septembre 2019, Louis Aleka–Rybert, liquidateur de l’Office du Chemin de fer transgabonais (OCTRA), s’est exprimé sur la situation de cette société publique, 19 ans depuis sa mise en liquidation.

C’est un scandale. Il aura suffi d’une interview comme seule la presse sait le faire pour ramener en surface un sujet endormi depuis 19 ans. La procédure de liquidation de l’Office du chemin de fer transgabonais, repose depuis une décennie dans les placards, explique son liquidateur officiel, Louis Aleka –Rybert. Les contours de ce manque à gagner pour le Gabon sont mis à nu.

L’on comprend que l’Octra qui n’a jamais bénéficié de subvention de l’Etat, nage en plein marasme juridique après le décès, il y a trois ans de l’opérateur technique des questions foncières. « Le domaine privé de l’Octra à Owendo dispose de six titres fonciers de masse. Les morcellements et les cessions ne peuvent se faire en quelques mois ».

Devant la léthargie sinon la lenteur de la liquidation de cette entreprise publique, Louis Aleka-Rybert, a dû essuyer quelques mauvaises langues. Accusé de s’adonner à la spéculation foncière sur des terrains dont le prix à l’origine était fixé à 3 000 francs le m2 fixé aujourd’hui à 80 000 francs CFA.

Ce dernier, en répondant à ses détracteurs, s’appuie sur l’ensemble des mesures auxquelles il est soumis pour s’en défendre avant d’orienter les investigations vers les membres de l’association des habitants de la cité Octra, plusieurs anciens responsables administratifs ou politiques , morales ou physiques et ou parfois des cheminots en exercice.

De 1999, à nos jours la situation de l’Octra reste entière et n’est pas prête à trouver une réponse favorable aux yeux des pouvoirs publics au regard de la situation économique actuel du pays.

Rhona Charline M’WENKONDET

Leave a Reply

Your email address will not be published.