Bambiri : Le départ des casques bleus gabonais fait peur.

Les habitants de Bambari, en RCA, ont manifesté le 29 mai 2019, contre le retrait des troupes gabonaises et l’arrivée des soldats mauritaniens de la Minusca, qui assurent particulièrement bien leur mission.

A Bambari, le contingent gabonais de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la Centrafrique (Minusca), reçoit les éloges des populations. Ce qui n’est pas le cas des troupes mauritaniennes qui sont prévues les remplacer.

De sources sûres, les citoyens de Bambari apprécient davantage la présence de soldats gabonais qui selon eux brillent par un professionnalisme sans précédent.

Avec les casques bleus gabonais, elles se sentent en sécurité et sont rassurées. Elles ne craignent rien.

Les soldats gabonais, appuient solidement les Forces armées centrafricaines (FACA), pour empêcher toute issue aux rebelles dans la ville.

C’est la raison pour laquelle ces habitants de Bambari se sont levés mercredi 29 mai 2019, contre le retrait de ces troupes dans cette localité.

Les troupes mauritaniennes de la Minusca qui sont appelées à remplacer les casques bleus gabonais dans cette localité, sont soupçonnées d’être les complices de plusieurs groupes rebelles.

Elles sont précisément complices de ceux l’Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), une branche des ex-séléka que dirige Ali Darassa, qui est accusé d’être responsables de nombreuses exactions dans cette ville. Ali Darassa est également cité dans d’autres abus ailleurs en Centrafrique.

Les habitants de Bambari estiment que le départ des troupes gabonaises va provoquer le retour des rebelles et réinstaurer un climat de terreur.

Les enseignants de l’école préfectorale pour leur part menacent même d’arrêter les cours. Car cet établissement se situe justement à proximité de l’évêché, un point d’entrée et de sortie stratégique des rebelles, jusqu’ici bloqués par les soldats gabonais et les Forces armées centrafricaines (FACA) depuis des mois.

Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.