CENTRAFRIQUE : DES CASQUES BLEU PORTUGAIS SOUPÇONNÉS DE TRAFIC ILLICITE

Opérant en République centrafricaine (RCA) sous l’égide de l’Organisation des nations unies (ONU), des militaires portugais auraient été arrêtés avec de l’or, du diamant et de la drogue de contrebande en provenance de la Centrafrique.

L’annonce a été faite hier, lundi 08 novembre par la police portugaise. Selon cette dernière, des soldats portugais se seraient rendus complices de ce trafic illicite.

Les militaires étaient détachés en Centrafrique sous l’égide de l’opération du maintien de la paix de l’ONU lancée il y a plusieurs années. Les militaires se seraient servi des appareils de leur mission pour alimenter ce trafic.

C’est à la suite d’une enquête lancée par la police et les Forces armées portugaises que ce trafic a été mis à nu. L’enquête visait un réseau criminel ayant des liaisons internationales et tirant des revenus du trafic illicite de diamants et de drogue. Coup de filet : une dizaine d’arrestations et des centaines de perquisitions dans plusieurs régions du portugal.

“Ce qui est en cause en ce moment, c’est la possibilité que certains militaires ayant participé à la Force nationale détachée en RCA aient été utilisés comme courriers dans le trafic de diamants, d’or et de stupéfiant”, souligne un communiqué.

Alors que les casques bleu gabonais ont, en septembre dernier, payé de leur présence en RCA pour des accusations d’exploitation et d’actes sexuels sur mineurs, l’ONU est appelée à faire la lumière sur cette affaire.

En effet, dans le cas des soupçons des accusations portées en l’encontre du Gabon, l’organisation s’était prononcée alors que des preuves manquaient. L’intervention de l’organisation est d’autant attendue que le trafic illicite est prohibé par la Convention des Nations unies de Vienne de décembre 1988.

Qu’à cela ne tienne, les autorités portugais ont annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités, afin de prendre des mesures exemplaires.

Séraphin Lame