spot_img

Le CTA de Nkembo à l’Ecole des sourds muets pour la sensibilisation sur le VIH/SIDA

LIBREVILLE, GABON (medias241.com) –Soutenu par l’ONUSIDA, le Centre de traitement ambulatoire (CTA) de Nkembo a sensibilisé ce 1er Juin 2018, à l’Ecole nationale des enfants déficients auditifs (ENEDA) de Libreville, des élèves sourds muets sur le VIH/SIDA sous le thème : « Le VIH en milieu scolaire ».

L’évènement est organisé en étroite collaboration avec la direction générale de la prévention du SIDA et la coordination du projet de santé communautaire « Ma ville s’engage » de la Mairie de Libreville. Cette journée de sensibilisation a pour rôle essentiel, de rendre ces jeunes plus réceptifs en les avisant sur les comportements alarmants du VIH/SIDA et ses modes de prévention.

« Je vous exhorte à veiller sur les autres. Nous sommes en train de lutter ensemble. C’est pourquoi, le gouvernement  a mis les moyens de prévention, pour sa population. La prise du stupéfiant kobolo favorise les relations sexuelles non protégées. Vous devez prendre vos précautions en utilisant des préservatifs », a précisé le chef de service du centre de traitement ambulatoire (CTA) de Nkembo, Dr Gisèle Ogoulinguéndé Mibindzou.

En complément de la campagne pour la Journée mondiale du sida, l’Organisation mondiale de la Santé insiste sur l’importance d’atteindre l’objectif de la couverture sanitaire universelle au bénéfice des 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH ainsi que de l’ensemble des personnes vulnérables et touchées par l’épidémie.

Avec la monté de la délinquance juvénile, les jeunes s’adonnent de plus en plus aux relations sexuelles non protégées. Des actes qui peuvent conduire ces derniers à contracter le virus.

«Le kobolo et le VIH vont ensemble, parce que ce stupéfiant pousse les jeunes d’avoir des relations sexuelles désordonnées. C’est pourquoi, nous vous exhortons à ne pas le prendre. Il faut le refuser en contraignant d’autres, de faire autant. Eviter de boire le kobolo », a indiqué l’assistant social du centre de traitement ambulatoire (CTA) de Nkembo, Nicaise Ondo.

Des statistiques sur la pandémie du VIH/SIDA effectués par le ministère gabonais de la santé ont révélé en 2016 un taux de prévalence de 4,44% de séropositifs. Cette Journée de sensibilisation sur le VIH/SIDA a permis aux 50 jeunes sourds muets d’avoir un dépistage rapide en moins de 30 mn, pour connaitre leur statut sérologique.

« C’est une journée bénéfique, pour les élèves de l’Ecole nationale des enfants déficients auditifs (ENEDA)! Les enfants vont en vacances avertis. Car, nous n’allons pas débuter l’année académique 2018-2019 avec des grossesses non désirés et précoces, parce que ces jeunes filles n’ont pas compris cette sensibilisation. Elles sont bien informées pour que les erreurs ne soient plus commises. Les filles comme garçons doivent maintenant prendre des mesures qui s’imposent, pour éviter des relations sexuelles non protégées », a poursuivi l’enseignante et présidente de l’Association, pour la formation, l’information et l’insertion des sourds du Gabon (AFIISG), Mme Koumba.

«Le VIH se transmet par le partage des aiguilles des stupéfiants, le rapport sexuel non protégé et de la mère à l’enfant. Il est nécessaire d’utiliser les préservatifs, pour se protéger. Il faut vous rendre au CTA, lorsque vous ne vous sentez pas bien. Car, si on découvre tôt le VIH, vous n’allez jamais tomber malade. Apprenons à veiller sur les autres, lorsque les comportements des uns et des autres changent! C’est, à travers, cette attitude responsable que nous serons utiles, à nos frères et sœurs en leur évitant d’avoir le VIH/SIDA », a conclu le chef de service du traitement ambulatoire (CTA) de Nkembo, Dr Gisèle Ogoulinguéndé Mibindzou.

Le centre de traitement ambulatoire (CTA) de Nkembo entend effectuer dans les tout prochains jours, une sortie de sensibilisation dans l’une des structures de la capitale gabonaise, accompagné de ses principaux partenaires de lutte contre le VIH/SIDA.

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille