spot_img

Le Gabon va retirer ses soldats de la République Centrafricaine

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-Le Ministre gabonais de la défense nationale, Etienne MASSARD KABINDA MAKAGA ‘’a sollicité l’accord du Conseil des Ministres pour le retrait des Forces Gabonaises de la République Centrafricaine, eu égard au retour progressif de la paix et de la stabilité dans ce pays frère’’, indique le communiqué final du Conseil des Ministres du Jeudi 08 Mars 2018.

Pourtant, lors d’une récente visite officielle ( 6 au 16 février), l’experte indépendante des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine, Marie-Thérèse Keita Bocoum, regrettait de constater que certains groupes armés, tels que Révolution et Justice (RJ), le Mouvement National de Libération de Centrafrique (MNLC), l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC) et le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), invités à la table des négociations, continuent de troubler les efforts de paix.

« Les récentes violences à Paoua et à Ippy sont des actes inacceptables qui contredisent l’engagement des groupes armés à se tourner vers le processus de paix. Il est essentiel de faire cesser les hostilités, protéger les droits de l’homme et prévenir les conflits », disait-elle.

Dans tous les cas, ‘’Le Conseil des Ministres, tout en prenant acte, a instruit les Ministres des Affaires Etrangères et de la Défense Nationale d’entreprendre les démarches appropriées, pour engager avec les partenaires concernés le calendrier de démobilisation de nos Forces dans les délais raisonnables’’, précise le même communiqué.

Le Gabon, qui dispose de 444 soldats au sein de la Minusca, a participé à la force de l’ONU en Centrafrique depuis son lancement en 2014.

« Les Nations unies respectent le choix du gouvernement gabonais et des discussions ont été engagées sur le calendrier du retrait de ce contingent dans des délais raisonnables », a réagi auprès de l’AFP Hervé Verhoosel, directeur de la communication de la mission onusienne, à Bangui.

M. Verhoosel a rappelé que l’engagement des Etats membres dans une opération de maintien de la paix était « un exercice volontaire », et que la contribution gabonaise avait été « très appréciée ».

Notons que Faustin Archange Touadéra, le président Centrafricain, qui était à Libreville le 05 Mars dernier dans le cadre d’une visite de travail et d’amitié, déclarait qu’«Aujourd’hui, il y a eu des avancés ; beaucoup d’avancées dans différents domaines. Mais, il y a encore des défis et parmi eux, il y a des questions sécuritaires sur lesquelles nous travaillons à l’exemple de la restructuration des nos forces de défense et de sécurité. Il y a des urgences humanitaires sur lesquelles nous travaillons, mais nous pensons qu’aujourd’hui, nous avons déjà une bonne stratégie, le Plan de relèvement et de consolidation de la paix».

 

Actuellement, en République Centrafricaine,  l’assistance humanitaire, dont les efforts doivent encore être hautement salués, restent insuffisants pour satisfaire les 2.2 millions de personnes dans le besoin. L’augmentation considérable du nombre de déplacés depuis les attaques expliquent qu’aujourd’hui près de 700.000 déplacés attendent les conditions adéquates d’un retour dans un climat apaisé.

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille