spot_img

Logements: l’Etat approuve les squatteurs de Bikélé.

Le ministre de l’Habitat, Régis Immongault, a déclaré, jeudi, 18 avril 2019, à Libreville, au collectif des clients qui avaient spontanément occupé les logements sociaux de Bikélé, que leur initiative a été approuvée par l’État.

Face à son incapacité à achever le chantier des logements sociaux de Bikélé, le gouvernement a lâché du lest pour faire du social.

Les acquéreurs-réservataires qui avaient décidé d’occuper les logements de manière anarchique avant leurs finitions, en octobre 2018, ont obtenu gain de cause. Ils ne seront plus expulsés. C’est le ministre Régis Immongault, qui l’a martelé.

Le site de Bikélé compte des logements en location-vente (Lot Estuaire) et en vente directe (Lot Atlantique). Plus de quatre ans après le lancement de l’opération location-réservation des logements, les clients avaient attendu jusqu’à perdre patience de rentrer en possession de leurs biens. En octobre 2018, le collectif de clients SNLS avait décidé, sans autre forme de procès, d’occuper les logements en l’état.

Régis Immongault a confirmé que le gouvernement n’ayant plus les moyens d’achever les finitions des bâtiments n’a plus d’autre alternative que de les soutenir dans leur démarche.  »L’Etat ne peut rembourser ceux qui ont déjà engagé des frais, après évaluation du cadre bâti et autres réalisations ».

Face à sa détermination à trouver une issue définitive à cette situation qui tient en haleine ces pères et mères de famille depuis plus de 4 ans, le ministre de l’Habitat a promis saisir le Premier ministre pour lui présenter l’option de la cession des logements en l’état.

S’adressant aux réservataires des logements de Bikélé, le ministre a insisté que l’absorption de la Société nationale des logements sociaux (SNLS) par la Société nationale immobilière (SNI), n’a rien à voir avec leur cas.  »Ce qui est sans conséquences sur la suite du dossier », a insisté Régis Immongault.

Le président du collectif, Klaus Oleri, s’est réjoui de l’issue favorable de leur combat. Il s’est dit engagé à faire preuve de responsabilité. Il en sera de même des membres du collectif.  »Ils feront les choses correctement comme elles doivent se faire, en respectant la législation, tout en sachant les difficultés que traverse le pays », a-t-il affirmé.

Les acquéreurs et réservataires des logements sociaux de Bikélé espèrent que l’Etat ne va pas finalement les abandonner à eux-memes dans la finalisation de ce dossier après ce qu’ils avaient fait au départ.

Pamphil EBO

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille