spot_img

L’USP persiste et signe : « Il faut faire l’autopsie du fichier des fonctionnaires »

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)- L’Union sacrée pour la patrie (USP) a poursuivi ce 20 Juillet 2018, à la chambre de commerce de Libreville, son plaidoyer d’explications et d’échanges avec la base sur les mesures d’austérité initiées par le gouvernement. Les mesures de réduction du train de vie de l’Etat, dont le regroupement des centrales syndicales juge plutôt ‘’bien’’ pour le pays. Notamment,  l’assainissement du fichier de la fonction publique.

«Notre pyramide est inversée. C’est pourquoi, il faut faire l’autopsie du fichier des fonctionnaires, pour ainsi déceler les vrais fonctionnaires. Il y a certains fonctionnaires gabonais se trouvant à l’extérieur du Gabon qui bénéficient des doubles salaires, alors qu’ils ne rendent aucun service à l’État, pendant que les jeunes diplômés sont au chômage. Il faut cette façon de faire s’arrête! Nous devons apporter notre soutien à l’État gabonais qui applique maintenant des mesures tant décriées, lors des assises d’Angondjé en 2015. Il n’est pas intéressant de trouver encore certains fonctionnaires décédés puissent avoir des salaires. Il faut à présent un toilettage du fichier des fonctionnaires», a déclaré le secrétaire général et porte parole de l’Union sacrée pour la patrie (USP), Wilfried Erisco Mvou Ossialas.

Le regroupement des centrales syndicales estime que, cette mesure résolverait à coup sûr, l’une de leurs revendications fondamentales , qui consiste dans le versement d’un salaire et non d’une allocation dite de «débutant ou d’essai» qui, selon eux, n’est pas à sécuriser l’emploi.

«Si nous ne changeons pas les choses, nous risquerons d’aller en cessation de paiement de nos fonctionnaires. Pour qu’on n’y en arrive pas là, il a fallu ces mesures d’austérité qui sont les bienvenues, parce que les recettes engrangées seront reversées dans les caisses de l’État. Nous ne voulons pas que notre pays connaisse la crise budgétaire de certains pays africains. Si vous faites la comparaison des salaires, vous constaterez que ce n’est pas la même chose», a précisé le secrétaire général du syndicat national des administrations du Budget et de la dépense publique (SYNABDP), Carlos Roberto Otounga.

Avec une masse salariale hypertrophiée qui pèse sur le budget de l’Etat et qui équivaut à 59% des recettes fiscales de l’année en cours, pour la ‘’bande à Mvou Ossialas’’ «Il faut avoir l’honnêteté de l’admettre : cette situation est devenue intenable»

«Je vous rappelle que les mesures prises par l’État gabonais sont une démarche pédagogique qui nous permettra d’éviter le pire. Nous sommes des syndicats autonomes en faisant des suggestions appropriées sans se référer à nos structures syndicales respectives. Nous le pouvons quand il s’agit des luttes internes. Mais, l’USP qui a été créée, le 18 Juillet dernier, devient notre laboratoire de solutions idoines, pour apaiser le climat actuel de crise financière. Nous sommes en droit de dire que ces mesures qui ont été prises par l’État gabonais, doivent être soutenues. Faisons en sorte que l’USP soit une structure patriotique. Nous sommes en train de faire les audits. Car, la production des richesses est le domaine des privés», a indiqué le président de la Fédération syndicales des régies financières de l’administration et assimilées (FERESYFA), Yves Boulingui.

L’Union sacrée pour la patrie (USP) fustige la « mauvaise attitude » de Dynamique unitaire et bien d’autres qui ne veulent pas reconnaitre les efforts du gouvernement de la République. Et pourtant, pense-t-elle, «le rôle d’un syndicat n’est pas seulement de crier sur les faiblesses non réalisées de l’État, mais aussi de prouver avec exactitude ces efforts palpables dans sa gestion des deniers publics de l’État». Les membres de l’USP disent être étonnés que, leurs collègues syndicalistes «semblent» approuver les décrets 23, qui donne mandat à certains fonctionnaires de continuer à percevoir un salaire, bien qu’ayant déjà la pension retraite. Et le décret 13 qui permet à ceux de l’étranger, de bénéficier du double salaire.

«Le toilettage du fichier des fonctionnaires permettra à l’État, de retrouver des fonctionnaires fantômes et des morts, Les agents publics retraités continuent de prendre de l’argent de l’État, alors qu’ils ne sont plus en fonction. Il faut laisser aux jeunes le droit d’être recrutés dans la fonction publique. C’est pourquoi, ceux d’en face ne veulent pas qu’on soutienne le gouvernement de la République qui a pris une décision courageuse d’assainir les finances publiques. Nous n’avons pas besoin de faire de la délation», a conclu le porte-parole de l’Union sacrée pour la patrie (USP), Wilfried Erisco Mvou Ossialas.

L’Union sacrée pour la patrie (USP) se rendra, dans les tout prochains jours, dans les huit provinces du Gabon, pour demander à ces membres de soutenir les critères de convergence permettant à l’exécutif de sortir le pays de cette crise financière.

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille