spot_img

Mesures d’Austérité : Le 12.12.2015 et le ROLBG en accord avec Dynamique Unitaire

LIBREVILLE, GABON (medias241.com)-A la faveur d’une conférence de presse tenu ce 27 Juillet à Libreville, l’Association des Églises 12.12.2015 et le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) ont affirmé leur soutien à la centrale syndicale ‘’Dynamique Unitaire’’ pour son refus des mesures d’austérité initiées par le gouvernement gabonais.

Pour le Révérend Pasteur Bruno Ngoussi, porte-parole et président de l’Association des Églises 12.12.2015 : «Parler des mesures d’austérité devient aujourd’hui une façon de faire rêver les gabonais, à l’instar, de fausses promesses faites depuis 2009 par l’émergence dont aucune prémisse n’est perceptible».

Dans cet élan, l’Association des Églises et la plate forme nationale de la société civile gabonaise rappelle que, la communauté internationale que le Gabon refuse d’appliquer la Convention de Cotonou dans son article 92 portant règlementation de la crise postélectorale et de la poursuite du dialogue intensifié avec l’Union européenne (UE). Elle précise qu’elle ne comprend pas la subite «passivité de cette communauté internationale devant les violations récurrentes des droits de l’homme au Gabon»,  inhérentes à la crise postélectorale, du 26 Août 2016.

De même, elle s’interroge sur la position du représentant de l’Union européenne (UE), au Gabon qui avait soutenu, lors de la trente huitième session du conseil des droits de l’homme, l’idée que les législatives reportées à trois reprises contribueront à réconcilier les gabonais, au point que le dialogue et les différents gouvernements qui se sont succédés, n’ont pas pu réaliser la «réconciliation nationale».

Rejetant les discussions du dialogue d’Angondjé, ce réseau des organisations, dites «libres de la société civile», continue de penser qu’une réelle réconciliation n’a toujours pas été initiée. Pour Georges Mpaga, le responsable du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), elle «permettra le passage nécessaire et obligatoire de la justice et du respect de la souveraineté du peuple gabonais», selon lui,  «bafoué par des pratiques dictatoriales des gouvernants actuels».      

«Il ne suffit pas de prier seulement, mais, de se lever aussi, pour défendre les intérêts du peuple sur lequel, Dieu nous a établi sentinelles. Car, le coût du gaz, du pétrole, du carburant, du transport, de l’électricité et d’autres produits de première nécessité ont été augmentés, pour tous les consommateurs et non aux seuls fonctionnaires», a conclu Georges Bruno Ngoussi.

 

Caistab
Samsung
Gabon Égalité
Livraison
Caistab
Urban FM
Sweet & Sour
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille