Hospitalisation d’Ali Bongo: une nouvelle fake news

La Présidence de la République, dans un communiqué, a démenti fermement l’article mensonger de l’agence de presse Bloomberg.

La réponse aura été cinglante de la part de la Présidence de la République face à une publication de l’agence Bloomberg annonçant l’hospitalisation d’Ali Bongo Ondimba à Londres. Dans cet article ne citant aucune source officielle ou avérée, Baudelaire MIEU annonçait une hospitalisation du Chef de l’Etat suite à “une dégradation de son état de santé” surement conforté par les nombreuses rumeurs colportées sur les réseaux sociaux annonçant le président dans le coma.

La photo d’Ali Bongo publiée le matin même par la Première Dame Sylvia Bongo Ondimba sur son compte instagram aurait pourtant dû alerter le journaliste sur le bien fondé ou non de son “scoop” mais celui-ci a préféré remettre en cause la date de la prise de vue plutôt que de vérifier encore une fois l’information avant publication.

Affirmant que le Président de la République se trouve bien à Londres dans le cadre d’un séjour privé où “il effectue des examens de santé de routine et poursuit sa rééducation”, le palais du bord de mer entend engager des poursuites judiciaires sur cet article truffé d’erreurs. Pour preuve, l’agence annonce qu’Ali Bongo aurait quitté le Gabon le 17 août hors celui-ci a pris l’avion le 25 août. Il apparaît donc que les sources dites “proche de l’entourage du président” ne soit pas si bien informées que ça ou ne partagent pas cette proximité dont elles se vantent auprès de “journalistes” peu regardant.

La multiplication de propagation de fausses nouvelles par les médias internationaux amène à s’interroger sur l’angle de traitement dédié au Gabon, et plus particulièrement à Ali Bongo. L’annonce de la mort du Président Ali Bongo en 2018 par BBC démontre que la recherche du buzz est devenue le crédo de certains médias dont la notoriété était basée sur le sérieux des informations et la vérification des faits.

L’immédiateté du temps médiatique et la recherche effrénée du scoop décuplées par internet et la prolifération de nouveaux types de média ne sauraient justifier l’oubli des règles de base du journalisme, à savoir, la vérification de l’information.

Leave a Reply

Your email address will not be published.