JOE BIDEN, ANGELA MERKEL…CE QUE LA COP26 A ÉTÉ POUR LE GABON

Si la COP26 est passée, la grand-messe du climat a été d’une importance capitale pour le Gabon. Pour le porte-parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha, cet événement a ouvert un boulevard d’opportunités pour le Gabon, par l’action du président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Plus qu’un simple événement consacré à la question du climat et ses enjeux pour la planète, la COP26 a été l’occasion pour le Gabon de tisser des nouvelles relations, de pacifier les tensions diplomatiques existantes avec des pays voisins et d’entrevoir l’avenir.

Les rencontres entre le président de la République, Ali Bongo Ondimba et le président américain, Joe Biden, la Chancelière allemande, Angela Merkel ou encore le président de l’Union africaine (UA), par ailleurs président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi ont été l’occasion pour le Gabon d’asseoir sa présence sur la scène internationale.

C’est du moins ce qui transparaît à l’appréciation de la conférence de presse du porte-parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha. “La COP 26 a également été l’occasion pour le Président de la République d’échanger avec les plus grands dirigeants de la planète”, a-t-il expliqué.

Entre les réunions de travail et les entretiens avec des grands décideurs de la planète, la COP26 a permis au Gabon de renforcer les axes de sa coopération bilatérale. Le cas de la RDC peut à titre illustratif, interpeller plus d’un.

Divisés il y a quelques mois sur la question de la candidature de l’Afrique centrale pour le siège de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, la COP26 a permis au Gabon et à la RDC de mettre de côté cette vieille tension diplomatique.

Michaël Moukouangui Moukala