GABON/POLITIQUE : JEAN REMY YAMA JOUE LA CARTE DE LA VICTIMISATION ET DU COMPLOT

La supposée grande déclaration de Jean Remy Yama annoncée bruyamment pour le dimanche 07 novembre 2021, a accouché d’une souris

Accusé par plusieurs de ses collègues professeurs chercheurs d’escroquerie et d’abus de confiance.

L’opinion publique a crû qu’à travers sa déclaration du dimanche 07 novembre, Jean Remy Yama allait faire un démenti formel des allégations portées contre
lui et fournir des explications concernant cette affaire.

Mal lui en a pris. Jean Remy Yama s’est contenté d’une déclaration laconique.

Plutôt que de partager sa part de vérité sur les allégations d’escroquerie du Docteur Touré Abdouramane de 3 millions de francs CFA pour l’acquisition d’une parcelle. Et 40 millions au Docteur Ekogho Thierry Blanchard, pour l’acquisition d’une villa jusque là inexistante.

Jean Remy Yama a préféré halluciner sur un prétendu complot visant sa personne.

Il crie au complot. Accuse le gouvernement d’orchestrer depuis le 07 octobre 2021 une cabale contre lui : “Camarade travailleur, chers compatriotes, la cabale contre ma personne qui a commencé depuis le 07 octobre, n’avait qu’un seul objectif, celui de réduire l’efficacité de Dynamique unitaire par l’arrestation arbitraire de son Président avant l’annonce des mesures iniques et insensées du gouvernement avant le 27 octobre 2021”. Question à 1 million de FCFA, pourquoi n’a-t-il pas été arrêté dans les délais que lui-même indique???

Pour de nombreux observateurs et analystes de la vie sociopolitique gabonaise, Jean Remy Yama a choisi la fuite en avant, dans une tentative de masquer les poursuites judiciaires en gestation contre lui et de minimiser la gravité des faits qui lui sont reprochés et les peines encourues.

Il a ainsi choisi le discours de la victimisation et brandi la carte d’une prétendue arrestation. Motif, son opposition à la vaccination contre le Covid-19. Vaccination fortement recommandé par le gouvernement. Et non obligatoire, comme peine à le démontrer Jean Remy Yama.

SJM