Le ministre de la Justice et de l’Intérieur réunis pour l’efficacité

Dans le remaniement gouvernemental effectué lundi 10 juin 2019, par le Premier ministre Julien Nkoghé Békalé, l’une des grandes innovations est la fusion de la Justice et de l’Intérieur en un seul département.

Contrairement à certaines appréhensions, la fusion entre le département ministériel de la Justice et de l’Intérieur est un atout.
Plusieurs pays comme la France rêvent d’arriver à ce stade. Dans la mesure où cela réduit les blocages administratifs et judiciaires et restaure plus que jamais l’autorité de l’Etat.
On parle tout le temps de l’autorité qui est bafouée par les hommes politiques tous bords confondus et même des opérateurs économiques.


A l’heure où beaucoup d’affaires de justice sont en suspens, notamment celles qui concernent les détournements des deniers publics ou les affaires de corruption, un ministère de la Justice couplé à celui de l’Intérieur est le bienvenu.
Ce rattachement est une sérieuse avancée. Au Gabon, le sentiment selon lequel quand les policiers font leur travail, les malfaiteurs qu’ils arrêtent sont bien souvent relâchés.
Un pays avancé comme la Norvège l’a compris assez bien. Avec notamment cette synergie entre l’Intérieur et la Justice, le système judiciaire en Norvège est l’un des plus efficaces au monde. En rationnalisant ainsi les questions de sécurité, les prisons norvégiennes sont devenues parmi les « meilleures prisons au monde ».
Les erreurs judiciaires sont le plus souvent évitées et l’exécution des peines gagne en efficacité, grâce au bon maillage des services relevant du ministère de l’Intérieur et de la Justice.

En rationnalisant ainsi les questions de sécurité, les prisons norvégiennes sont devenues parmi les « meilleures prisons au monde ».
Les erreurs judiciaires sont le plus souvent évitées et l’exécution des peines gagne en efficacité, grâce au bon maillage des services relevant du ministère de l’Intérieur et de la Justice.


En Colombie, les cartels de drogue sévissaient avec la complicité des policiers ripoux et des agents de la sécurité pénitentiaire. La justice colombienne est devenue plus efficace quand elle a été combinée à l’administration territoriale. La lutte contre narcotrafiquants est devenue imparable.
C’est un peu ce qu’attend aujourd’hui Julien Nkoghé Békalé, une justice qui traque les auteurs de contrebande avec plus d’efficacité, malgré les ramifications qu’ils peuvent avoir au sein de la haute administration.
Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.