L’UE ET L’ ALLEMAGNE S’UNISSENT POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CONFLITS TRANSFRONTALIERS EN AFRIQUE CENTRALE

Sous l’égide de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), le Projet d’Appui au Programme Frontières de la CEEAC (APF-CEEAC) a été lancé ce vendredi 24 janvier 2020.

Ce projet s’inscrit dans le Programme d’appui aux réformes et au renforcement des capacités institutionnelles de la CEEAC (PARCIC) pour le secteur Paix et Sécurité, un programme principal de l’Union européenne (UE). Il cible notamment la délimitation des frontières en Afrique Centrale.

De l’avis de Rosario Bento Pais, ambassadrice de l’UE au Gabon, une délimitation frontalière imprécise peut susciter des conflits entre populations voisines et constituer un risque pour la stabilité, pour le développement économique et social, et même pour la dynamique d’intégration sous régionale. La bonne gouvernance des frontières en Afrique a-t-elle expliqué, est cruciale, dans la lutte contre la migration irrégulière et le terrorisme notamment. Elle « favorise la mobilité, le commerce, la paix, la stabilité, le développement, ainsi que l’intégration économique et sociale du continent ».

L’objectif global du programme PARCIC est d’améliorer la stabilité et la gouvernance démocratique en Afrique Centrale, en réduisant les potentiels conflits en lien avec la gestion transfrontalière. Son budget, 6,5 milliards FCFA (dix millions d’euros) est cofinancé par l’UE à hauteur de 5,5 milliards FCFA (8.5 millions d’euros) et par le ministère fédéral allemand des affaires étrangères (AA) à hauteur de 984 millions FCFA (1.5 millions d’euros).

C’est un projet qui sera exécuté par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), pour une période de trois ans. La GIZ est l’agence de coopération internationale allemande pour le développement.


Pamphil EBO

Leave a Reply

Your email address will not be published.